Humeurs

La RATP débarque sur Twitter… ou presque

Au début, ça partait d’une bonne intention : la RATP se renforce dans le 2.0 et le temps réel en ouvrant 4 comptes Twitter pour 4 lignes de métro un peu chaudes à Paris : 1, 4, 12 et 13. Et puis, évidemment, ça a dérapé…

Internet, ce monde non éditorialisé

Les propos de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti sur le Net, « où rien n’est éditorialisé », ont fait exploser ma TL journalistes. Quelques réactions (les meilleures, enfin j’espère) dans ce Storify garanti 0% éditorialisation et sélection des sources.

Le Top 10 des… lits pour chats les plus affreux

J’ai bien regardé, ce top totalement inutile ne figure pour l’instant pas sur Topito. J’ai bien dit pour l’instant, car ils ne vont s’empêcher de me le reprendre, subjugués par tant de talent et de bon goût. Ou pas.

Les « fake accounts » sur Twitter, en fait, ça ne casse pas une brique (ce titre est un jeu de mots, si si)

La récente polémique sur les faux followers (plus facile à écrire qu’à dire sans rire) du candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney a permis de faire émerger une problématique courante pour les utilisateurs de Twitter : que penser de ces faux comptes qui nous suivent, nous anonymes ou pseudo-influents, ou alors les « vrais » influents ? Pour essayer de tirer au clair cette question, j’ai fait joujou avec les chiffres, Excel, les courbes de régression et FakersPeople. BREF CE PAPIER EST PASSIONNANT.