Eurovision 2018 : mes pronostics pour la finale

La saison de l’Eurovision se conclut en beauté par une finale qui devrait être passionnante : grande diversité de styles et de niveaux de qualité… et grande disparité sur les pronostics.

Nous y sommes. Après deux demi-finales de globalement bon niveau (même la seconde n’a pas été si mauvaise qu’escompté), la saison de l’Eurovision touche à sa fin avec une finale qui, à titre personnel, devrait figurer dans mon top 5 des éditions du 21e siècle. Résultat des courses : si les bookmakers, après avoir privilégié Israël, se ruent désormais sur Chypre, j’ai galéré à établir mon propre classement. Attention spoiler : si j’ai vendu un vainqueur potentiel depuis déjà plusieurs semaines, je change finalement d’avis sur la fin.

Pour rappel, l’ordre de passage de cette finale de l’Eurovision est :

  1. Ukraine
  2. Espagne
  3. Slovénie
  4. Lituanie
  5. Autriche
  6. Estonie
  7. Norvège
  8. Portugal
  9. Royaume-Uni
  10. Serbie
  11. Allemagne
  12. Albanie
  13. France
  14. République Tchèque
  15. Danemark
  16. Australie
  17. Finlande
  18. Bulgarie
  19. Moldavie
  20. Suède
  21. Hongrie
  22. Israël
  23. Pays-Bas
  24. Irlande
  25. Chypre
  26. Italie

De prime abord, là où la première demi-finale était bien plus forte que la seconde, c’est ici la seconde moitié qui me paraît un cran au-dessus de la première, surtout après la seconde pause commerciale (entre l’Australie et la Finlande). Ne cherchez plus le bloodbath : il est là.

Aussi, même s’il ne faut pas surinterpréter cet ordre de passage, on peut toutefois signaler que Chypre, effectivement, a une excellente position, là où Israël va galérer après la furie hongroise. La France a de son côté une excellente place, tout comme l’Allemagne et dans une moindre mesure la Finlande, au contraire de l’Estonie qui risque de souffrir plus que prévu.

Maintenant, mon ranking perso des chansons, avant de passer à mes pronostics :

  1. Estonie
  2. Finlande
  3. France
  4. Portugal
  5. Albanie
  6. Danemark
  7. Israël
  8. Irlande
  9. Bulgarie
  10. Serbie
  11. Ukraine
  12. Moldavie
  13. Australie
  14. Chypre
  15. Hongrie
  16. Allemagne
  17. Italie
  18. Autriche
  19. Lituanie
  20. Slovénie
  21. Royaume-Uni
  22. Suède
  23. Espagne
  24. Norvège
  25. Pays-Bas
  26. République Tchèque

Allez, on rentre (vraiment) dans le dur désormais.

26. Royaume-Uni. Le bottom 5 me paraît assuré pour SuRie, et ce depuis des semaines. Mais au vu des autres chansons de cette finale de l’Eurovision, je lui file le last spot et c’est dommage, non pas pour la chanson que je qualifiais récemment d’adipeuse, mais pour SuRie, qui méritait mieux.

25. Slovénie. La qualification de Lea Sirk pour la finale tient déjà du miracle et, par conséquent, je lui en propose un autre en ne lui filant pas le bonnet d’âne pour cette année. Sa performance live est très bonne, sa position dans l’ordre de passage beaucoup moins.

24. Serbie. Chanson bizarre et bigarrée, pas mauvaise, mais le staging présenté en demi-finale est loupé.

23. Autriche. Si les pronostiqueurs voient Cesar Sampson dans le top 15, j’envisage une mauvaise surprise : le staging n’est pas mauvais, le live non plus, mais la chanson est, tiens, adipeuse. Ressortons ce terme que je n’avais pas utilisé depuis 47 ans.

22. Albanie. Comme pour la Slovénie, voir Eugent Bushpepa est une (bonne) surprise, mais obtenir une bonne position en finale sera difficile, surtout en étant positionné entre l’Allemagne et la France. Le staging reste mou, la voix de Bushpepa hallucinante.

21. Pays-Bas. J’ai un temps espéré que Waylon ne chope pas le 10e billet qualificatif ce jeudi soir, mais cette chanson m’insupporte toujours autant (et seul mon bottom 5 perso le fait). Vu les bookmakers et le résultat montré en demi-finale, l’Eurovision me semble prêt à lui infliger un camouflet.

20. Espagne. La hype est passée pour les amoureux Alfred et Amaia, un temps envisagés pour un top 10 final, mais choper le top 20 sera déjà méritoire – surtout en passant en 2e position.

19. Ukraine. Jamais deux sans trois pour Mélovin ? Il est effectivement le 3e artiste consécutif à avoir conclu la seconde demi-finale ET ouvert la finale de l’Eurovision – sans oublier, d’ailleurs, que Laura Tesoro (2016) ET Imri Ziv (2017) avaient terminé à la 3e place de leur demi-finale ! Mélovin 3e de la demi-finale 2, cela ne m’étonnerait pas. Mais ouvrir une finale n’est que rarement bon signe en termes de classement, et ce n’est pas Amandine Bourgeois qui me contredira…

18. République Tchèque. Comme pour les Pays-Bas, j’ai l’impression que l’Eurovision dessaoule concernant la République Tchèque et est prête à lui filer un mauvais classement final. Ce serait toujours un record pour Prague, qualifié une seule fois en finale et finissant avant-dernier (en 2016).

17. Danemark. Ça sent le roussi pour Rasmussen et ses faux vikings, surtout avec un staging peu inspiré et, effectivement, un effet spécial final « tempête de neige » qui fait plus « je me prends des poussières de Raffaello dans la gueule ». Dommage, ça méritait presque un top 10.

16. Italie. Chanson compliquée à positionner mais vu le niveau de cette finale, je crains une nouvelle désillusion pour Rome.

15. Moldavie. Après un surprenant retour de hype, la Moldavie retombe dans les pronostics des uns et des autres depuis la demi-finale de jeudi. Le staging est le plus décalé de la compétition et le live plutôt solide, ce qui devrait permettre à DoReDos de limiter la casse.

14. Portugal. Chanson compliquée à positionner, là aussi. Si je la place plus haut que nombre de pronostiqueurs, c’est uniquement car je la trouve presque aussi jolie que Criquette Rockwell. Une private joke que devraient comprendre 142% des fans de l’Eurovision tombant sur ce papier fort audacieux au demeurant.

13. Hongrie. Aurait pu viser un top 10 avec un ordre de passage différent, mais être suivi par Israël risque de pénaliser AWS.

12. Norvège. Alleluia, épisode 3 : l’Eurovision dessaoule aussi sur le cas Alexander Rybak, un temps placé en 2e position des bookmakers. J’aimerais la mettre encore plus bas, mais il faut rester un minimum lucide…

11. Irlande. Si personne n’attendait le retour de l’Irlande en finale, sa résurrection est particulièrement impressionnante, puisqu’elle figure déjà dans le top 10 des bookmakers. Problème : elle est suivie par Chypre.

10. Australie. C’est comme si cette place lui était réservée depuis la révélation de « We Got Love ». Cadeau.

09. Allemagne. Après des années à faire n’importe quoi, je vois Berlin redevenir un peu chanceux, surtout que le contexte semble favorable à Michael Schulte côté bookmakers. Bon ordre de passage, aussi.

08. Bulgarie. Un temps attendu pour le podium, le quintette Equinox souffre d’un staging paresseux, alors que le live vocal est effectivement impressionnant.

07. Lituanie. Et dire que Vilnius n’était pas attendu en finale de l’Eurovision… Progression folle ces derniers jours avec un staging so cute pour une chanson so cute et un live so cute mais qu’à un moment on fait une indigestion de saccharose.

06. Israël. Patatras ! Netta Barzilai, après avoir été dépossédée de son statut de favorite de l’Eurovision par Eleni Foureira, est placée en 6e position par mes soins. La raison ? Rappelez-vous d’Amir et de Francesco Gabbani…

05. Suède. Comme pour l’Australie, cette place me semble réservée pour Stockholm, après Frans et Robin Bengtsson.

04. Finlande. Personne n’attend Saara Aalto à cette position, mais j’adore beaucoup trop « Monsters » pour la mettre plus bas. Le staging est chelou mais bien mieux amené qu’en finale nationale.

03. Estonie. Patatras ! Je ne vois plus l’Estonie gagner l’Eurovision, surtout avec un tel ordre de passage. Je crains surtout que le télévote ne la plombe…

02. Chypre. Personne n’avait vu Eleni Foureira venir et emporter les bookmakers d’un coup de cheveux. Mais, donc, non, je ne la vois pas gagner, car cette chanson ne screame pas WINNER dans ma tête. Et, surtout, parce que j’ai un plan B…

01. France. Beaucoup, beaucoup hésité à y croire. Tout n’est pas parfait dans la prestation de Madame Monsieur : Jean-Karl simule de manière trop cheloue son play-back de guitare et le mouvement manuel final, qui pourrait être visuellement impressionnant, est pour l’heure mal cadré. Cela pourrait être corrigé d’ici la finale… Et cette chanson screame WINNER, elle. Dans un aussi bon cru, il serait désappointant de faire gagner une B-side rejetée de Shakira en 2007. Et il ne serait pas désappointant de voir la France chouiner d’avance à l’organisation de l’édition 2019, éternels grincheux que nous sommes…

 

Dernier point histoire qu’on finisse sur une note positive : mon pronostic pour le prix Barbara Dex de l’artiste à l’accoutrement vestimentaire le plus ridicule.

  1. Belgique
  2. Biélorussie
  3. Slovénie
  4. Israël
  5. Albanie

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.