TOP ALBUM 2016. Les 50 meilleurs albums de l’année 2016 (Rangs 40 à 31)

Place au traditionnel classement de fin d’année récapitulant les meilleurs médicaments musicaux mis sur le marché en 2016. Aujourd’hui, les dix pilules de bonheur auditif classés de la 40e à la 31e place.

Wait a minute: as-tu écouté les albums classés de la 50e à la 41e place ?

40. Alex M.O.R.P.H. – Not All Superheroes Wear Capes (Vandit)

C’est l’un des derniers mastodontes de la scène trance historique à ne pas avoir sombré dans la techno minimale ou l’EDM d’éclopés auditifs. Alexander Mieling, alias Alex M.O.R.P.H., a un temps frôlé avec l’accident de parcours, mais aucun de ses deux précédents albums (« Purple Audio » et « Prime Mover ») n’était tombé dans le piège. « Not All Superheroes Wear Capes » va même un peu plus loin, en balançant un gros fuck à l’acidification toujours continue de la scène électronique : les pièces uplifting comme « We Are » s’enchaînent avec des scuds à 140 bpm et des tentatives downtempo culottées, quoiqu’irrégulières. Et c’est plutôt rassurant.

Tracklisting:

  1. Not All Superheroes Wear Capes (Album Opening Mix)
  2. Awakening
  3. Eureka (Original Mix)
  4. Meeon (Original Mix) (feat. Kim Kiona)
  5. Astra (Album Mix) (with Aimoon)
  6. Sun of Ilena, Part 2 (Original Mix)
  7. Sacred Heart (Original Mix)
  8. Always Be (Original Mix) (feat. Claire Willis)
  9. Angelic (Original Mix) (with Den Rize, feat. Natalie Gioia)
  10. Apart (Original Mix) (with Dark Fusion, feat. Kim Kiona)
  11. Euforia Anthem (Album Mix)
  12. Amistad (Original Mix) (with Heatbeat)
  13. We Are (Original Mix) (with Paul Van Dyk)
  14. R2D2 (Original Mix) (with Driftmoon)
  15. Don’t Talk Away The Magic (Acoustic Mix) (feat. Song and the Moon)
  16. Dreamcatcher (Original Mix) (with Woody Van Eyden, feat. Tiff Lacey)
  17. Nitro (Club Mix)
  18. Coming Home (Album Closing Mix) (feat. Kim Kiona)

Se procurer « Not All Superheroes Wear Capes » >> http://bit.ly/GP-40-Superheroes

39. Agnes Obel – Citizen of Glass (PIAS)

La compositrice danoise Agnes Obel aurait pu sombrer dans l’excès de facilité commerciale, sa viabilité artistique semi-underground ayant été entérinée ces dernières années. Il n’en est heureusement rien sur « Citizen of Glass », perle froide et délicate plus déliée que « Philharmonics » et « Aventine ». Sa mélancolie conserve presque miraculeusement un côté attachant et raffiné, teintée ici d’une certaine paranoïa quant à la place de l’individu dans une société de la transparence faite toute : la voix se double, triple, se diffuse et se percute toute seule, égarée dans un flot de questions sans réponse. Un album teinté, surtout, d’un sentiment d’urgence.

Tracklisting:

  1. Stretch Your Eyes 5:11
  2. Familiar 3:56
  3. Red Virgin Soil 2:43
  4. It’s Happening Again 4:21
  5. Stone 3:57
  6. Trojan Horses 5:34
  7. Citizen of Glass 2:49
  8. Golden Green 4:00
  9. Grasshopper 2:38
  10. Mary 5:48

Se procurer « Citizen of Glass » >> http://bit.ly/GP-39-CitizenOfGlass

38. Schiller – Future (Island Records)

Méconnue en France, la discographie du producteur allemand Christopher von Deylen (Schiller) a souvent été défendue dans ses colonnes, éclectique et casse-gueule, parfois totalement pop, souvent aux frontières d’une ambient plus classe que celle du voisin de chambrée. « Future » est un nouveau condensé de cet exercice d’équilibriste que von Deylen maîtrise à force à la perfection, sans que l’effort ne se mue en répétition – exploit non négligeable au vu de sa productivité. Moins d’étalage de chanteuses plus ou moins connues, plus de mélodies ciselées et incisives : ce (double) album parvient à ne pas lasser malgré la difficulté de l’exercice. Et cela relève, désormais, de l’exploit…

Tracklisting (édition Deluxe) :

Disc 1

1. Willkommen
2. The Future I
3. The Future II (with Kéta)
4. The Future III
5. Rubinrot
6. Sweet Symphony (My Heart Beats Again) (with Sheppard Solomon)
7. Paradise (with Arlissa)
8. Schwerelos
9. Zwischen Gestern und Morgen
10. Something There (with Maggie Szabo)
11. Once Upon A Time I
12. Once Upon A Time II
13. I Breathe (with Cristina Scabbia)
14. Jupitermond
15. Once Upon A Time – Reprise
16. Looking Out For You (Against The Tide) (with Emma Hewitt)

Disc 2

1. Die Reise Geht Weiter
2. Not In Love (with Arlissa)
3. Little Earthquakes (with Sheppard Solomon)
4. Little Earthquakes – Reprise
5. The Wait Is Over (with Kéta)
6. Turquoise
7. Wellenreiter
8. Mirai
9. Es ist voller Sterne
10. Only Love (with Emma Hewitt)
11. Save Me A Day (with Samu Haber)
12. Die Nacht gehört uns
13. Forget (with Kéta)
14. For You (with Tawgs Salter)
15. Future – Reprise

Se procurer « Future » >> http://bit.ly/GP-38-Future

37. Lubomyr Melnyk – Illirion (Sony Classical)

La répétition n’est pas toujours une crainte dans le milieu musical, notamment dans la sphère néo-classique (en remontant même bien au-delà de John Cage). Lubomyr Melnyk est l’une des plus brillantes illustrations vivantes de cette fausse peur, diffusant sa « continuous music » (jusqu’à 19 notes par seconde) depuis 40 ans et en vivant moins chichement depuis « Corollaries« , publié sur Erased Tapes en 2013. « Illirion« , donc, ne se départit pas de ses récents opus, sur Erased Tapes ou Sony Classical : si l’ingrédient de base reste strictement le même, la recette conserve un liant en partie unique, inégalé pour sûr, vertigineux pour toujours.

Tracklisting:

  1. Cloud n°81 – 16:02
  2. Sunset – 03:49
  3. Solitude n°1 – 07:36
  4. Beyond Romance – 16:12
  5. Illirion – 14:12

Se procurer « Illirion » >> http://bit.ly/GP-37-Illirion

36. William Ryan Fritch – New Words for Old Wounds (Lost Tribe Sound)

Voir William Ryan Fritch être ici présenté à la suite de Schiller et Lubomyr Melnyk dans ce classement est originellement hasardeux, mais cette succession d’artistes surproductifs sans pour autant sombrer dans la prétérition répétitive est un symbole intéressant. L’américain sort avec « New Words for Old Wounds » le dernier d’une série de onze albums d’une souscription bien particulière, réservée aux fidèles les plus hardcore d’un artiste définitivement unique en son genre. Mais si le procédé a quelque chose de vertigineux, sa musique l’est presque tout autant, entre folk à l’ancienne et dark pop paranoïaque, hors de toute zone de confort.

Tracklisting:

  1. Awake (feat. DM Stith) 05:14
  2. Cataclysm 03:25
  3. Entirety 03:16
  4. Floats By (feat. Powerdove) 04:40
  5. Hold Tight (feat Ceschi) 05:02
  6. Undefined 02:22
  7. After (feat. DM Stith) 03:36
  8. Disregard 04:16
  9. Conflicted 04:24
  10. New Words, Old Wounds 04:29
  11. The Little We Know 04:00
  12. Vantage Point 04:24

Se procurer « New Words for Old Wounds » >> http://bit.ly/GP-36-Fritch

35. Underworld – Barbara, Barbara, We Face A Shining Future (Caroline)

« Barbara, Barbara, We Face A Shining Future » est un album en forme de doigt d’honneur. Aux conventions, dont Underworld n’a il est vrai jamais eu grand chose à foutre. Doigt d’honneur aux réputations, la discographie de cette figure majeure de la musique électronique britannique ne se cantonnant pas à « Born Slippy ». Ce nouvel opus est foutraque, ralenti sans être apaisé, le clip d’ « I Exhale » constituant un joli monument de je m’en foutisme fichtrement classe : six années après un « Barking » presque trop ensoleillé pour être honnête, Underworld poursuit sur sa lancée en n’en faisant qu’à sa tête. Ce qui donne toujours un bon résultat quand le talent est là…

Tracklisting:

  1. I Exhale (8:11)
  2. If Rah (7:13)
  3. Low Burn (6:45)
  4. Santiago Cuatro (4:01)
  5. Motorhome (6:24)
  6. Ova Nova (5:32)
  7. Nylon Strung (6:48)

Se procurer « Barbara Barbara, We Face A Shining Future » >> http://bit.ly/GP-35-Underworld

34. Lou Tavano – For You (ACT)

Rafraîchissant premier album de Lou Tavano, redonnant une certaine noblesse à un jazz vocal et exigeant. « For You » est vivace, pluriel et aventureux, mélange hybride d’influences continentales et stylistiques : un voyage Paris-Bali, par exemple, s’opère non pas en douze d’heures d’avion mais en une seule transition bien sentie. S’il n’est pas exempt de moments faibles, cet opus introductif est en tout cas riche de promesses en studio comme en live, la formation entourant Tavano passant plus que bien la frontière de la confrontation.

Tracklisting:

  1. Quiet Enlightenment 04:49
  2. Emotional Riot 04:49
  3. The Letter 02:29
  4. Rest Assured 04:04
  5. L’Artiste 03:47
  6. For You 03:47
  7. It‘s A Girl 03:06
  8. The Call 04:25
  9. Baboushka 00:22
  10. Petite Pomme 03:55
  11. All Together 04:10
  12. Afro Blue [Bali Hues] 05:13
  13. Through A Nightmare 05:30
  14. (Bonus) Samba em Preludio 03:15

Se procurer « For You » >> http://bit.ly/GP-34-ForYou

33. Yann Tiersen – Eusa (Mute Records)

Ouessant est tant une frontière qu’une promesse, inspirant plus d’un artiste qu’il soit écrivain, peintre ou musicien. Sur ce dernier item, difficile de trouver plus légitime que le désormais local Yann Tiersen qui rend, dans « Eusa », un hommage appuyé et impeccable à une île amoureuse du minimalisme (ici, un solo de piano étendu tout au long de l’album) et d’une certaine flamboyance contenue (là, des mélodies plus ciselées encore que sur « Infinity« ). Ouessant, Eusa en breton, se mérite : « Eusa », donc, constitue d’ici là un superbe supplétif.

Tracklisting:

  1. Hent I 2:56
  2. Pern 4:27
  3. Hent II 1:15
  4. Porz Goret 4:57
  5. Lok Gweltz 3:50
  6. Hent III 0:54
  7. Penn ar Roc’h 3:04
  8. Hent IV 3:22
  9. Kereon 2:45
  10. Hent V 1:08
  11. Yuzin 3:05
  12. Roc’h ar Vugale 6:15
  13. Hent VI 0:43
  14. Penn ar Lann 3:58
  15. Hent VII 1:44
  16. Enez Nein 5:05
  17. Kadoran 1:18
  18. Hent VIII 6:30

Se procurer « Eusa » >> http://bit.ly/GP-33-Eusa

32. Gai Barone – Towards (Afterglow)

Le parcours non-musical de Gai Barone est l’un des plus intéressants de la scène électronique, l’Italien n’ayant pas tout de suite débuté son existence d’adulte dans une carrière pourrie dans l’EDM mais dans le milieu hospitalier. Un rapport à la finitude et une sensation de vertige permanent (mais méticuleusement contenu) qui définit le style progressive du désormais producteur, séance d’hypnose perpétuelle à la qualité rarement égalée jusqu’à présent (hors, peut-être, quelques pistes sur Bonzai ou JOOF Recordings). Bonus non négligeable : « Towards« , contrairement à 97% des albums à connotation dance mis sur le marché, a une cohérence propre et ne se cantonne pas, malgré quelques moments faibles, à une succession de tubes clubs coupés pour les besoins du CD. Bref, un mini-triomphe pour un maxi-méritant.

Tracklisting:

  1. 2 Sides Of Nowhere
  2. Bianca
  3. Mom’s Clown
  4. Stripped
  5. Flowers
  6. Mimosa
  7. Fade 2 Black
  8. Scarlet
  9. Love Stimulation
  10. Six Months
  11. John, The Geometry
  12. Saurus
  13. Lilith (My Sicca Dawning Mix)
  14. Nightingale
  15. Make It Hurt (Introspective Mix)

Se procurer « Towards » >> http://bit.ly/GP-32-Towards

31. Frank Woeste – Pocket Rhapsody (ACT)

C’est un jazz plus varié et vivifiant que jamais que propose l’Allemand Frank Woeste sur « Pocket Rhapsody ». Installé de longue date à Paris, complice d’Ibrahim Maalouf et Médéric Collignon, Woeste a le piano voyageur et ravageur, entre jazz bombardier et world matiné d’ambient, entre l’Europe et l’Afrique. Un jazz sans frontières qui s’explore tête baissée et sans visières, accessible au non-initié et enivrant l’éternel blasé.

Tracklisting:

  1. Terlingua (feat. Ben Monder & Justin Brown) 6:15
  2. Moving Light (feat. Ibrahim Maalouf, Ben Monder & Justin Brown) 6:01
  3. The Star Gazer (feat. Youn Sun Nah, Ben Monder & Justin Brown) 6:43
  4. Buzz Addict (feat. Ben Monder & Justin Brown) 6:46
  5. Interlude (feat. Ben Monder) 2:00
  6. Pocket Rhapsody (feat. Ben Monder & Justin Brown) 8:14
  7. Intro Nouakchott (feat. Ben Monder & Justin Brown) 1:40
  8. Nouakchott (feat. Ibrahim Maalouf, Ben Monder & Justin Brown) 7:50
  9. Mirage (feat. Ben Monder & Justin Brown) 5:40
  10. Melancholia (feat. Ben Monder & Justin Brown) 3:44

Se procurer « Pocket Rhapsody » >> http://bit.ly/GP-31-PocketRhapsody

Et ensuite ? Voici les albums classés entre la 30e et la 21e place

Et ceux, désormais, entre la 20e et la 11e place

Et enfin, ceux classés aux 10 premières places

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.