ALBUM. BT – _

Le producteur électronique Brian Transeau alias BT publie un étonnant dixième album sans nom, l’underscore faisant office de titre ayant été ajouté pour faciliter son incrémentation sur les principaux sites de musique en ligne. Au programme : de l’ambient, des drones… et de l’italien.

bt-_-gwendalperrin-net

Le schéma classique de la sortie d’un album, notamment dans la musique électronique, est de sortir un (souvent plusieurs) single(s) histoire de tester le marché et créer le désir, avant de balancer la sauce complète – et espérer, par la même, que les vrais fans paient deux fois les singles en question, version primaire et version album.

BT, alias Brian Transeau, a lui aussi fonctionné ainsi sur ses neuf précédents albums, plus ou moins facilement découpables. Mais si son plus récent opus, « A Song Across Wires » (2013), respectait parfaitement cette prédécoupe commerciale et logique, son successeur n’est pas loin de réaliser l’exact inverse. Après une jolie phase de teasing, BT a ainsi révélé un tracklisting tout en italien, composé de trois parties (« Artifacture », « Indivism » et « Ω »), sorti sur les principales plateformes numériques mi-octobre. Si l’album en question devait originellement être nommé par les fans du compositeur américain, cet opus sans titre n’a finalement été baptisé « _ » que par commodité pratique.

Se rapprochant de « This Binary Universe » plus que de ses récentes créations dancefloor avec Arty ou ilan Bluestone, « _ » est un magma stylistique majoritairement électronique, entre ambient et glitch, à mille alphas et omégas d’ « A Song Across Wires ». Enregistré aux quatre coins de la planète (Australie, Chine, Islande, Japon, Pologne, Polynésie Française…), il est le reflet de sa conception, visuelle comme auditive, voyage planétaire et éthéré entre le Future Sound of London et Sigur Ros, teinté d’accentuations empruntées à Delerium ou John Cage, mais avec une véritable « béchamel » propre à un BT particulièrement inspiré.

Ce voyage autour du monde est donc, aussi, visuel : les trois mouvements que sont « Artifacture, « Indivism » et « Ω », constituent également trois pérégrinations visuelles parmi un ensemble de deux heures de vidéos tournées par drone en résolution 4K. Car, en effet, ces trois mouvements font partie en réalité d’un « _ » plus large, incluant six autres titres révélés le 2 décembre…

Sur cette triple base (la vidéo d’ « Indivism » n’est pas encore sortie), BT tient visiblement à apporter à sa large discographie un nouvel élément saugrenu : prouver, au même titre que (dans le désordre) Tangerine Dream, The Caretaker ou encore Karlheinz Stockhausen, qu’il est capable de communiquer avec les extraterrestres. Qui ne pourra pas en saluer l’audace ?

Tracklisting:

Artifacture
1. « I. Adagietto Granulare » 2:57
2. « II. Nostra Luna di Miele » 2:55
3. « III. Guidati dalla Luce » 0:48
4. « IV. La Caduta con Moto » 2:07
5. « V. La Vita Sotto il Mare » 1:52
6. « VI. Niente di Tutto Qualcosa » 1:12
7. « VII. Rocambolesco in una Città di Notte » 1:03
8. « VIII. Un Nuovo Contesto » 1:36
9. « IX. Mancando Nobilmente » 3:54

Indivism
1. « I. Trasformata di Fourier Veloce » 1:09
2. « II. Fette di Basso Ostinato » 1:26
3. « III. Decomposizione di Tempo » 0:38
4. « IV. Uno ad Uno i Controcanti Parlano » 1:11
5. « V. Immobilità in Movimento » 0:34
6. « VI. Variante di Frammenti di Basso » 1:09
7. « VII. Dalla Forma al Senza Forma » 6:02

Ω
1. « I. La Nascita di Diventare » 0:59
2. « II. Evoluzione di Nuove Forme » 1:26
3. « III. Da metà tempo a Tempo Pieno » 1:04
4. « IV. Melodie che si Ergono Come Onde » 0:59
5. « V. Tema Soarning » 1:08
6. « VI. Staccando gli Strati » 0:15
7. « VII. Filatura Funzioni di Trasferimento Relative a Testa » 0:32
8. « VIII. il Movimento Invertito » 0:48
9. « IX. Meriggiare una Matrice di Musica Modulare » 8:07

 

Tracklisting de la version physique (2 décembre 2016) :

1. « Tokyo »
2. « The Code of Hammurabi »
3. « Lustral »
4. « Found in Translation »
5. « Artifracture »
6. « Indivism »
7. « Ω »
8. « Chromatophore »
9. « Five Hundred and Eighty Two »

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.