ALBUM. Late Night Tales, by Ólafur Arnalds

Après Nils Frahm, c’est logiquement au tour d’Ólafur Arnalds de prendre en main la nouvelle édition des « Late Night Tales » : un numéro qui parlera (un peu) islandais et invitera Julianna Barwick aux côtés de James Blake et Hjaltalin.

late night tales olafur arnalds gwendalperrin.net

« When I was asked to do the next installation of the Late Night Tales series I thought ‘This will be fun and easy, only a couple of days work. No problem!’. Six months later, I was still pulling my hair out in some kind of quest to make the perfect mix. »

Si le lecteur attentif de ces lignes n’est pas obligé de croire mot pour mot cet aveu d’Ólafur Arnalds, la confession du compositeur islandais rappelle en filigrane l’importance symbolique, si ce n’est commerciale, de la célèbre série de compilations « Late Night Tales ».

Quelques mois après Nils Frahm, précédé lui-même par Jon Hopkins, c’est donc au tour du compositeur du toujours inégalé « Eulogy For Evolution » de proposer son mix – une première du genre pour l’Islandais, selon ses propres dires.

Un épisode des « Late Night Tales » (hors albums spéciaux du type « Scene Delete » de Sasha) obéit à quelques pseudo-rituels : du spoken word (ici, David Tennant), des habitués des lieux jusqu’à en devenir des marronniers (Jamie XX remixant Four Tet, James Blake), des musiciens du cru (Hjalmar Larusson, Samaris et Janus Rasmussen – aka la moitié de Kiasmos en plus d’Arnalds) et quelques nouveautés dont ce « Kinesthesia I » :

Autre impondérable rituel, la reprise : ici est proposée, et ce n’est pas véritablement une surprise tant elle a été teasée depuis des mois voire années (la preuve en cliquant entre ces parenthèses), une version revisitée de « Say My Name » des Destiny’s Child avec Arnor Dan (aperçu notoirement sur « For Now I Am Winter ») :

La cohérence de l’ensemble est également assurée par la minimal bien sentie de Rival Consoles, la folie mélodique de Julianna Barwick, sans oublier Sarah Neufeld, Colin Stetson et Odesza. Et sans oublier, pour conclure, cette incontestable preuve de bon goût qu’est « Ethereal », conclusion de ce « Late Night Tales » et conclusion également de l’acclamé « Enter 4 » de Hjaltalin :

« As someone who has never really done mixes before, I learned a lot of things along the way and the whole experience was very inspiring. I decided to approach the mix in a similar way as I would one of my scores. This is the soundtrack of my life. » Disons que la patience aura été, une nouvelle fois, artistiquement appréciable.

« Late Night Tales: Ólafur Arnalds » sera disponible à compter du 24 juin, version CD >PREORDER LINK< et/ou vinyl chez Erased Tapes >PREORDER LINK<.

Tracklisting:

  1. Hjálmar Lárusson and Jónbjörn Gíslason – Jómsvíkingarímur / Ýta Eigi Feldi Rór
  2. Julianna Barwick – Forever
  3. Koreless – Last Remnants
  4. Odesza – How Did I Get Here (Instrumental) (Late Night Tales Exclusive)
  5. Anois – A Noise
  6. Samaris – Góða Tungl
  7. Ólafur Arnalds – RGB (Late Night Tales Exclusive)
  8. Rival Consoles – Howl
  9. Four Tet – Lion (Jamie XX Remix)
  10. Jai Paul – Jasmine
  11. James Blake – Our Love Comes Back
  12. Spooky Black – Pull
  13. Ólafur Arnalds feat. Arnór Dan – Say My Name (Exclusive Cover Version)
  14. Sarah Neufeld & Colin Stetson – And Still They Move
  15. Kiasmos – Orgoned (Late Night Tales Exclusive)
  16. Ólafur Arnalds – Kinesthesia I (Late Night Tales Exclusive)
  17. Hjaltalín – Ethereal
  18. David Tennant – Undone (Exclusive Spoken Word)

late night tales olafur arnalds gwendalperrin.net vinyl

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.