ALBUM. Schiller – Future

Neuvième album studio pour le compositeur allemand Schiller avec, comme à son accoutumée, une liste de chanteuses longue comme le bras ainsi que la présence de… Sharon Stone.

schiller future cover gwendalperrin.net

La longévité de la carrière de Christopher von Deylen, plus connu sous le nom de Schiller (anciennement sous forme de duo avec Mirko von Schlieffen) commence à impressionner. L’Allemand ne chôme il est vrai pas, sa discographie entamée en 1999 par « Zeitgeist » (et le tube trance « Das Glockenspiel ») s’étalant désormais sur neuf albums studio, sans compter les reprises live, « Prologue », « Symphonia » et les compilations ambient « Die Einlassmusik », éditions 1 à 7.

Au tour, désormais, de « Future ». Premier opus d’abord brandé en langue anglaise avant de se cantonner à la seule langue de Goethe, ce neuvième album est ouvertement conçu comme une bande originale de film, influence évidente à l’écoute de certaines pistes des dernières années mais surtout des « Einlassmusik » et autres « Symphonia ». La différence avec les récents « Opus » et « Sonne » n’est pourtant pas de prime abord évidente, les tonalités ambient et chillout n’ayant à la première écoute que peu évolué. Les invités vocaux de « Future », quasi exclusivement féminins, ne détonnent pas particulièrement par rapport aux précédents (incluant notamment, pour les plus connus, Anggun, Colbie Caillat, Nadia Ali et Peter Heppner).

Plus que les sonorités, c’est la construction bicéphale de ce nouvel opus de Schiller, sous sa forme « normale » qu’est la Deluxe, qui apporte du liant et de la substance au postulat initial. Le résultat est nécessairement inconstant, certains titres trop ouvertement pop voire deep house (« Only Love ») cassant le rythme planant de l’ensemble, mais le tout (disponible depuis le 26 février du côté d’Island Records) se révèle plutôt être une bonne surprise, d’ailleurs arrivée directement en tête des charts album allemands à sa sortie. Voilà qui change radicalement de nos Kendji Girac et autres chanteuses sans voix nationales…

Tracklisting (édition Deluxe) :

Disc 1

1. Willkommen
2. The Future I
3. The Future II (with Kéta)
4. The Future III
5. Rubinrot
6. Sweet Symphony (My Heart Beats Again) (with Sheppard Solomon)
7. Paradise (with Arlissa)
8. Schwerelos
9. Zwischen Gestern und Morgen
10. Something There (with Maggie Szabo)
11. Once Upon A Time I
12. Once Upon A Time II
13. I Breathe (with Cristina Scabbia)
14. Jupitermond
15. Once Upon A Time – Reprise
16. Looking Out For You (Against The Tide) (with Emma Hewitt)

Disc 2

1. Die Reise Geht Weiter
2. Not In Love (with Arlissa)
3. Little Earthquakes (with Sheppard Solomon)
4. Little Earthquakes – Reprise
5. The Wait Is Over (with Kéta)
6. Turquoise
7. Wellenreiter
8. Mirai
9. Es ist voller Sterne
10. Only Love (with Emma Hewitt)
11. Save Me A Day (with Samu Haber)
12. Die Nacht gehört uns
13. Forget (with Kéta)
14. For You (with Tawgs Salter)
15. Future – Reprise

PS : mais que diable Sharon Stone foutait-elle dans cette description d’album ? Elle a tout simplement écrit les paroles de la conclusion « For You » avec la voix de Tawgs Salter. Elle n’obtiendra pas le prix Nobel de littérature pour ces vocalises banales et moyennement inspirées, mais permet à cet album de détonner d’un reflet particulier :

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.