ALBUM. Gai Barone – Towards

Le producteur italien Gai Barone, l’une des signatures les plus fulgurantes de la scène progressive actuelle, sort son premier album studio fin février. Extraits.

gai barone towards gwendalperrin.net

L’écoute d’un titre de Gai Barone surprend toujours, tout du moins la première fois. Dans quelle case classer cette fusion à la fois hypnotique et électronique, pas tout à fait trance, pas vraiment house pour autant, probablement plus proche de la techno que bon nombre de producteurs estampillés sous cette étiquette devenue majoritairement factice ?

L’avantage de l’essor d’un Gai Barone, replacé dans un contexte où Eric Prydz peut mixer à des festivals comme « A State of Trance » sans que cela ne choque qui que ce soit, est que la dénomination de musique « progressive » n’est désormais plus délimitée à des tunnels post-rock plus ou moins bandants, qu’ils viennent de Sigur Ros ou de Dream Theater.

Catégoriser l’impressionnante discographie du producteur italien, actif comme DJ depuis le milieu des années 90, n’est probablement pertinent que par le sceau de certains des artistes qu’il a remixé : le légendaire projet Art of Trance (« Before The Storm », « Octopus » ou le très récent « Ultrafoxx »), le non moins historique Airwave ainsi que son camarade de jeu John ’00’ Fleming suffisent à situer le niveau de ses productions – stratosphérique, par conséquent.

Il aura pourtant fallu du temps et de la patience pour que cette cuisine progressive parvienne aux oreilles du plus grand nombre, tout du moins, du nombre maximal d’oreilles disponibles à une musique sans compromission, sans grammes de soupe commerciale indigeste et, surtout, sans répit. Le trio britannique Above & Beyond a ainsi filé à l’Italien les commandes d’un « Guest Mix » remarqué au sein de leur podcast « Group Therapy », là où le producteur britannique (aussi) Solarstone lui a filé les manettes d’un « Pure Trance 4 » admiré par mes soins dans ces modestes colonnes.

« Towards » se veut ainsi pluriel, loin de se cantonner à une simple recherche élargie de tonalités dancefloor hypnotiques, comme le montre l’extrait chillout « Lillith » présenté ci-dessus. Il est en soi dommage pour le lecteur égaré de ces lignes de ne découvrir ce talent brut que désormais, mais ce retard lui accordera la félicité décalée, une fois l’écoute de « Towards » conclue (sortie le 29 février du côté d’Afterglow Records), de plonger au coeur de ses nombreuses et pertinentes précédentes productions.

Tracklisting:

  1. 2 Sides Of Nowhere
  2. Bianca
  3. Mom’s Clown
  4. Stripped
  5. Flowers
  6. Mimosa
  7. Fade 2 Black
  8. Scarlet
  9. Love Stimulation
  10. Six Months
  11. John, The Geometry
  12. Saurus
  13. Lilith (My Sicca Dawning Mix)
  14. Nightingale
  15. Make It Hurt (Introspective Mix)

A lire, ce portrait classieux [en anglais] du producteur dans les colonnes de « DJ MAG » (promis, pas de pub de Dimitri Connasse & Like Spike dans ce papier !) détaillant notamment la fascinante ambivalence de Gai Barone entre ses productions dancefloor et son passé de thérapeute musical au sein d’un hôpital.

A noter, également, cette playlist vidéo composée à l’occasion de la sortie de « Pure Trance 4 » compilant dix productions indispensables du producteur italien :

  1. Gai Barone – Voices Inside My Head
  2. Gai Barone – Mr. Slade
  3. Flynn & Denton – Second Chapter (Gai Barone Remix)
  4. Phi-Phi & Airwave – Vanilla (Gai Barone Remix)
  5. Art of Trance – Before The Storm (Gai Barone Remix)
  6. Ruben de Ronde – They Are Not You (Gai Barone Remix)
  7. Corderoy – Kerosene (Gai Barone Remix)
  8. Trilucid & Philthy Chit – Syntax (Gai Barone Remix)
  9. Evren Ulusoy – Les Grands Rythmes (Gai Barone Remix)
  10. Gai Barone – When In June (Airwave Remix)

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.