ALBUM. Pure Trance 4, mixed by Gai Barone & Solarstone

Après Orkidea, Giuseppe Ottaviani et Bryan Kearney, c’est au tour de l’Italien Gai Barone d’accompagner Solarstone dans sa série de compilations « Pure Trance ». Bref, de la qualité.

gwendalperrin.net pure trance 4 gai barone solarstone

Nouvelle release sur le label « Pure Trance » de Solarstone avec la compilation du même nom, lancée il y a de cela trois ans. Chaque année, donc, Rich Mowatt invite un guest déjà bien établi pour présenter sa propre sélection : après Orkidea, Giuseppe Ottaviani et Bryan Kearney (Solarstone ayant collaboré de nombreuses fois avec le premier, lancé un « super-groupe » avec le second – Pure NRG), voici donc l’Italien Gai Barone derrière les platines.

Gai Barone n’a ni la discographie ni la renommée du Britannique : après avoir lancé sa carrière plutôt sur le tard, le quadragénaire enchaîne toutefois depuis sept ans les pistes progressive impeccables, avec un son et une structure qui sont progressivement devenus particulièrement caractéristiques. Fusion modernisée entre Art of Trance, Airwave, le côté deep d’un John ’00’ Fleming et l’ancien côté ambient de Michael Woods (Accadia, entre aures), entre house, trance et electronica, ce style peut désormais être qualifié de « Barone Touch », dont voici quelques illustrations sélectionnées par votre blogueur musical préféré :

Gai Barone et Solarstone n’étaient, toutefois, pas des inconnus l’un pour l’autre avant « Pure Trance 4 » : le second a en effet déjà remixé le premier pour l’excellent « Mr. Slade ». Cette arrivée de l’Italien dans la série des « Pure Trance » a en soi quelque chose de logique : d’un côté, parce que les précédents invités (surtout Kearney, en partie Ottaviani) ne sont pas là pour faire dans la dentelle progressive, de l’autre, parce que la carrière de Gai Barone semble justement continuer sa progression méritée, en témoigne son récent « Guest Mix » pour le podcast d’Above & Beyond « Group Therapy ». Ce n’est pas le genre trance, continuellement maltraité par les bouses de plus en plus régulières de l’empire Armada, qui va se plaindre de cet état de fait.

Disc 1 – Mixed by Gai Barone

  1. Wellenrausch – Die Maschine In Mir
  2. Slam Duck – Leaving Places
  3. Tom Bro – Waves
  4. Forerunners – Lost In Translation
  5. TFF & Steve Carniel – Fusion
  6. Audio Noir – Natsuzora
  7. Henrik Zuberstein – Elicit Response
  8. Mark Found – Stellar Spectrum
  9. Gai Barone – Blank Pages
  10. Jason van Wyk, Stephen J. Kroos & JPL – Sun Rising
  11. Solarstone & Gai Barone – Fata Morgana
  12. Harmonix – Lucid Dream
  13. Empathy Test – Here Is The Place (Thomas Datt Dub)
  14. Jamie Baggotts – New Wave
  15. Melodica – Abyss

Disc 2 – Mixed by Solarstone

  1. Chicane – Ibiza Strings (Solarstone Retouch)
  2. Stine Grove – Against The Flow (Solarstone Pure Mix)
  3. Peter Steele – Mantra
  4. Temple One – Santiago (PT4 Edit)
  5. Ciaran McAuley – Maria
  6. Solarstone – Eastern Sea (Liam Wilson Remix)
  7. Röyksopp – I Had This Thing (Solarstone Pure Mix)
  8. Aly & Fila with Aruna – The Other Shore (Solarstone Pure Dub)
  9. Sneijder & Giuseppe Ottaviani – Nero (Solarstone Retouch)
  10. Robert Nickson presents RNX – Colorado (PT4 Edit)
  11. Solarstone & Basil O’Glue – Infatuation
  12. Woody van Eyden with Azima & Alexander Borisov – The Dawn (Til Dusk Mix)
  13. Pulser – My Religion (Astuni & Manuel Le Saux Re-Lift)
  14. Above & Beyond featuring Richard Bedford – Thing Called Love (Arksun Filmscape Mix)
  15. Bjorn Akesson – Paper Dreams (PT4 Edit)
  16. Factor B – Sacrosanct (PT4 Edit)

« Pure Trance 4 », mixed by Gai Barone & Solarstone, est disponible depuis le 17 novembre du côté de Pure Trance : >ORDER LINK<. A noter, au besoin, que Solarstone mène une autre série de compilations aux ambiances similaires, « Electronic Architecture », pour Black Hole Recordings (et The Thrillseekers serait – oui, Steve Helstrip est tout seul – bien inspiré de réfléchir une 54e fois au retour des compilations « Nightmusic »). 15/20.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.