Dix boutons que Facebook serait bien inspiré d’inventer (plutôt que le dislike)

Non, Facebook ne va pas lancer de bouton « Dislike », malgré les demandes répétées de nombreux utilisateurs. Ces derniers seraient pourtant plus inspirés de réclamer ces dix autres indispensables commandes…

gwendalperrin.net facebook dislike button

Perdu (encore) : Facebook ne va pas lancer dans les prochaines semaines de bouton « Dislike », malgré les centaines d’articles l’affirmant. Il suffit d’écouter Mark Zuckerberg pour le comprendre, comme l’a par exemple fait le Blog du Modérateur : histoire de ne pas liker des enlèvements, meurtres et autres vidéos de Jean-Marc Morandini, mieux vaut exprimer son soutien ou sa compassion via un bouton dédié. Tel serait en tout cas la visée de cette prochaine nouvelle fonctionnalité, loin de faire de Facebook le nouveau Reddit où tu peux downgrader les sujets que les utilisateurs trouvent pourris.

Mais tant qu’à innover et à essayer de rattraper Twitter, Tumblr et même Reddit sur le terrain de la conversation entraînante, voici quelques propositions de nouveaux boutons que Facebook serait bien inspiré de mettre en place. Et dans les dix cas ici évoqués, vous le remarquerez rapidement, il y a urgence !

1/ Dégueulasse !

gwendalperrin.net facebook button dégueulasse

Peut-on réellement exprimer de la compassion ou du soutien pour des faits divers affreux ? De ma longue expérience de social media manager, l’un des mystères les plus insolubles de ma profession réside toujours dans la facilité des utilisateurs à liker les faits divers les plus glauques, avec des nombres de likes bien souvent supérieurs aux commentaires – même lorsque ceux-ci réclament le retour de la peine de mort ou la torture à coups de vidéos de Stromae accélérées cinq fois. Plus efficace, impactant et appelant à l’action que ledit dislike, le bouton « Dégueulasse » aura une utilisation alternative sur les pages d’Alloresto et de Marmiton (en alternance avec le bouton #5).

2/ Clickbait !

gwendalperrin.net facebook button clickbait

Alors comme ça tu as cru que tu pouvais cumuler 15 000 likes en 3 heures sur un post à devinette dont la réponse tient en 3 mots ? Facebook n’a jamais vraiment aimé les liens « pute-à-clic » ou « clickbait », lançant même des projets pour désavantager les posts allant dans ce sens. Les utilisateurs pourront ainsi bientôt aider le réseau social à dénicher ces contenus, comme le font par exemple @ClicDeMoins et @SavedYouAClick sur Twitter.

3/ Je m’en fous

gwendalperrin.net facebook button je m'en fous

Autre classique régulièrement réclamé par les utilisateurs dotés d’un certain sens du sarcasme (et par les chats qui ont autre chose à lire que des messages concernant ces crétins de bipèdes), le bouton « Je m’en fous » sera du plus bel effet face aux papiers putassiers sur la télé-réalité et les dernières déjections sémantiques de personnalités politiques en mal d’intelligence. A noter que le Gorafi, selon ses habituelles sources bien informées, a récemment annoncé le prochain lancement de ce bouton.

4/ Rien compris.

gwendalperrin.net facebook button rien compris

Voilà le bouton idéal pour répliquer rapidement, instinctivement et avec tact aux papiers trop obscurs de Télérama sur des chorégraphes tanzaniens inconnus (mais probablement passionnants) et aux déroulés d’épisodes d’émissions de télé-réalité (mais probablement pas passionnants du tout et mériteraient un coup de bouton #3).

5/ C’est moche

gwendalperrin.net facebook button c'est moche

Bien moins niais que ce réseau de la positivité non critique qu’est Pinterest, Facebook permettra, grâce à cet audacieux bouton de dislike contextualisé, de dénigrer soigneusement et efficacement les recettes de cuisine loupées (cf. bouton #1), les tenues affreuses, les peintures sans intérêt et tous les messages d’EnjoyPhoenix.

6/ Pourquoi ?

gwendalperrin.net facebook button pourquoi

Plus engageant qu’un commentaire à base de chanson de Sandy Valentino, ce bouton « Pourquoi ? » permettra aux sceptiques de tout poil de se questionner sur les velléités de l’auteur du post en question, probablement sous l’emprise de drogues dures ou de vapeurs de thé à la courgette. A noter que les posts diffusant ladite vidéo de Sandy Valentino sont également parfaitement éligibles à ce bouton.

7/ Pauvre mytho

gwendalperrin.net facebook button pauvre mytho

Plus enclin à une utilisation de type privé, le bouton « Pauvre mytho », plutôt que de déméler les mensonges et autres informations surprenantes à caractère conspirationniste, devrait essentiellement servir à détecter les photos retouchées sur Instagram et Photoshop avant publication, les paysages un peu trop arrangés et les gueules un peu trop refaites à la truelle.

8/ Publicité déguisée

gwendalperrin.net facebook button publicité déguisée

Contrairement au bouton #7, cette commande « Publicité déguisée » est essentiellement destinée à une utilisation sur les pages publiques. Potentielles cibles : les médias oubliant la notion de « Publi-Rédactionnel », les blogueurs/blogueuses à l’indépendance éditoriale limitée ou encore les personnalités politiques oubliant leur appartenance à tel ou tel lobby.

9/ Ça manque de boobs/b****

gwendalperrin.net facebook button ça manque de

Ce bouton à destination des obsédés sexuels de tout poil risque, paradoxalement, d’être le plus utilisé de toute cette liste (bien entendu après le bouton #10). Les community managers de France Culture, Center Parcs et autres tennismen masculins hétérosexuels (ah bah non la précision est inutile, hein Serhiy) se disent particulièrement inquiets par cette alternative.

10/ Miaou

gwendalperrin.net facebook button miaou

Ah ouais, parce que vous croyiez vraiment que vous alliez échapper au lobby félin au sein de cet article ? Vous savez d’ailleurs très bien qu’il ne sert à rien d’y résister (et notez que je considère, dans un accès d’optimisme, que vous êtes conscients de votre propre impuissance). Au pire, voici une version alternative histoire de faire passer plus facilement la pilule :

gwendalperrin.net facebook button miaou 2

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.