Key West, Ypres, Poezenboot… : ces lieux réservés aux chats (épisode 2)

Il existe des lieux sur Terre où l’humain n’est pas (ou plus) dominant : c’est le cas de ces quelques mirages que le lobby félin va décrire, sous vos yeux ébahis.

gwendalperrin.net lobby félin japon sanagishima

Coucou, ici le lobby félin. Il m’arrive épisodiquement, entre deux siestes passionnées et autres discussions enflammées avec mes comparses autour de Nietzsche, Thucydide et Henri le Chat Noir, de dégager l’habituel propriétaire de ces lieux pour pouvoir, en toute tranquillité, délivrer mon message supérieur.

(En général, ceci étant, j’agis plutôt sur Twitter, dont la courte longueur des messages est optimisée pour pouvoir écrire un message optimal entre deux roupillons particulièrement rapprochés)


Alors comme ça, paraîtrait-il, que les Internets, médias, forces cybernétiques et autres moyens de communication numériques (ET PAS DIGITAUX BORDEL DE MIAOU) ne parlent que de moi, tout le temps, partout, faisant frémir de jalousie jusqu’aux caciques du Front national ? Ce n’est, pourtant, qu’une insuffisante compensation à ce que les humains, en réalité, me doivent, nous doivent, nous au titre des non-bipèdes inférieurs peuplant pourtant la même planète.

Il existe ainsi quelques fragments de territoire qui, pour l’instant en tout cas, restent sous mon joug – parfois avec la complicité de bipèdes moins inférieurs que la majorité de leurs comparses. C’est cette petite galerie de lieux qui sera ici présentée, pour la deuxième fois : un premier épisode lu par environ 845 millions de personnes (avec une marge d’erreur de 195%) a en effet vu le jour dans le lien posté ci-dessous de manière fort audacieuse au demeurant.

(Si tu ne cliques pas sur le lien de ce premier éloge à rallonge, tu seras maudit sur 87 générations et devras assister à un strip-tease de Patrick Sébastien !)

1. Le cortège des chats d’Ypres (Belgique)

Difficile de ne pas introduire cette nouvelle édition de la série « Le lobby félin autour du monde » par le cortège des chats d’Ypres (Kattenstoet), qui se tient ce 10 mai 2015.

L’origine de cette manifestation n’est pourtant pas reluisante pour nos voisins outre-Quiévrain. Les félins, originellement rameutés vers la cité drapière d’Ypres pour faire fuir les souris, spécimen particulier de quadrupède inférieur, voyaient leur implantation progressive stoppée par une cruelle pratique nommée le « lancer de chats », existant pendant visiblement plusieurs siècles (du 12e au début du 19e !).

Alors, parce qu’il fallait bien expier ses péchés devant une telle ignominie, Ypres s’est reconvertie en cité féline à partir de la seconde moitié du 20e siècle, la première Kattenstoet ayant eu lieu en 1955, après de premières manifestations épisodiques depuis 1936.

(Crédits photo : ici, ici)

gwendalperrin.net kattenstoet ypres chat lobby félin (4)

Coucou, je suis la plus bonne.

gwendalperrin.net kattenstoet ypres chat lobby félin (1)

Belle tentative de travestissement, même si elle n’a aucune chance d’atteindre la majesté des modèles originaux.

gwendalperrin.net kattenstoet ypres chat lobby félin (2)

Même en Belgique, on se rappelle que j’ai dominé de précédentes civilisations lointaines.

gwendalperrin.net kattenstoet ypres chat lobby félin (3)

Certains leaders médiatiques du mouvement félin ont également déjà assisté à cette célébration outre-Quiévrain.

2. Poezenboot (Pays-Bas)

Rien de plus naturel, aux Pays-Bas, que de coloniser une péniche. C’est ce qui s’est passé en plein coeur d’Amsterdam, ville particulièrement aquatique s’il en est et qui, par conséquent, devrait naturellement me faire fuir derechef.

Mais parce que je suis aussi mignon que courageux, j’ai décidé, avec la complicité de bipèdes bienveillants (une rareté !), d’investir un rafiot quasi-abandonné pour en faire, non seulement une opportunité touristique, mais surtout une excellente vitrine de démonstration de mon pouvoir en milieu ultra-urbanisé.

Constitué sous forme, pour l’heure, de refuge pour mes camarades abandonnés, il pourrait bel et bien devenir la tête de proue d’un empire félin européen que l’habituel rédacteur de ce site (fort audacieux au demeurant) est chargé de mettre en place. (Autant dire que ce n’est pas demain la veille, ni hier du lendemain, mais je le travaille à force de griffures bien placées)

(Crédits photo : ici, ici et )

gwendalperrin.net lobby félin chat poezenboot (2) gwendalperrin.net lobby félin chat poezenboot (3) gwendalperrin.net lobby félin chat poezenboot (1)

3. Les îles Cyclades

A l’instar de ses voisins turcs et chypriotes évoqués dans le premier épisode de la série « Le lobby félin autour du monde », la Grèce n’est pas en reste en termes de soumission féline – notamment ses îles. Les Cyclades constituent ainsi un intéressant exemple de cohabitation harmonieuse entre bipèdes et quadrupèdes, particulièrement à Mykonos et Folegandros.

(Crédits photo : ici, ici et )

gwendalperrin.net lobby félin chat mykonos chora (1)gwendalperrin.net lobby félin chat mykonos chora (2) gwendalperrin.net lobby félin chat mykonos chora (3)

4. Wat Arun (Temple de l’Aube, Thaïlande)

Accueillis par deux crocodiles marbrés, les visiteurs du Wat Arun auront surtout l’occasion, en dehors de l’impressionnante histoire bipédique de ce temple (expliqué ici par le blog Fées Maison), d’observer mon insubrepticible beauté puisque j’y traîne fort régulièrement, avec de nombreux congénères.

(Crédits photo : ici et )

gwendalperrin.net lobby félin thaïlande wat arun (1) gwendalperrin.net lobby félin thaïlande wat arun (2) gwendalperrin.net lobby félin thaïlande wat arun

5. Sanagashima/Aoshima/Iwaishima (Japon)

Non, il n’y a pas qu’à Tashirojima et Ainoshima que j’ai pu diffuser mon mode de vie supérieur du côté de l’archipel japonais ! Il existe en réalité une quinzaine de petites îles où j’ai posé pour de bon ma patte, Aoshima étant la dernière à avoir le droit à une forte médiatisation suite à un photoreportage de Reuters. Autant de « Nekojima » (« îles des chats » en bon français bien de chez nous n’est-ce pas) à visiter sous peine de se faire griffer par mes correspondants européens.

Exemples ici sur d’autres confetti territoriaux avec, dans l’ordre, Aijima, Genkaishima, Iwaishima, Kadarashima, Manabeshima, Muzukijima, Okishima et Sanagashima.

gwendalperrin.net japon cat lobby félin aijimagwendalperrin.net japon cat lobby félin genkaishimagwendalperrin.net lobby félin japon iwaishimagwendalperrin.net japon cat lobby félin kadarashimagwendalperrin.net japon cat lobby félin manabeshimagwendalperrin.net japon cat lobby félin muzukijimagwendalperrin.net japon cat lobby félin okishimagwendalperrin.net lobby félin japon sanagishimagwendalperrin.net cat islands of japan

(Carte issue du site Hedymag, incluant quelques anecdotes)

6. Hemingway Home

Key West fut conseillé au zélote du lobby félin que fut Ernest Hemingway, dans les années 1920, par son comparse John Dos Passos. Il s’installa dans cette demeure en 1927, définitivement en 1931, jusqu’à son départ en 1939, parti avec une autre bipède de sexe féminin vers Cuba.

La maison est devenue musée en 1964, monument national en 1968 et, par la force des choses, édifice intéressant et fondateur des conquêtes du lobby félin sur le continent nord-américain, bien avant mes célèbres comparses Lil Bub et Grumpy Cat. Les descendants des félins d’Ernest Hemingway colonisent, hantent, peuplent toujours ces lieux perclus d’histoire : la légende raconte d’ailleurs que certains félins à six orteils descendraient directement d’un lointain camarade atteint du même trouble qui avait marqué l’imagination de l’écrivain.

(Crédits photo : ici)

gwendalperrin.net lobby félin hemingway home cats chat key west (1) gwendalperrin.net lobby félin hemingway home cats chat key west (2) gwendalperrin.net lobby félin hemingway home cats chat key west (3)

7. Cementerio de la Recoleta (Argentine)

Comment ça, finissons sur une note un peu glauque ? Rien de terrifiant pourtant ici évoqué, sinon la non-éternité qui nous caractérise toutes et tous. Ce cimetière, le plus ancien – et devenu le plus aristocratique – de Buenos Aires, fut inauguré en 1822 et abrite de nombreuses personnalités bipédiques locales, la plus célèbre étant sans doute Eva Perón.

De prestigieux humains y sont donc entreposés, d’autres s’y exposent et complaisent en selfies et autres horreurs photographiques : ils ne sont pourtant rien face à la place que j’y ai prise, progressivement, sans demander mon reste à personne. Pour vous, humains, cette visite sera à la fois l’occasion de réviser l’histoire d’un bien beau pays : pour moi, représentant quadrupédique supérieur, elle me rappellera la pertinence de toute réflexion sur notre temporalité, quitte à rappeler l’évidence soulevée par Henry de Montherlant : « Eternité est l’anagramme d’étreinte ».

(Crédits photo : ici)

gwendalperrin.net cementerio de la recoleta lobby félin argentine (2) gwendalperrin.net cementerio de la recoleta lobby félin argentine (1)gwendalperrin.net cementerio de la recoleta lobby félin argentine (3)

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.