ALBUM. Shingo Nakamura – Days (Remixed)

Vous n’avez jamais écouté de progressive house japonaise ? Ecoutez donc le dernier album de son meilleur représentant, Shingo Nakamura, avant que David Guetta ne débarque par surprise dans vos oreilles meurtries.

gwendalperrin.net shingo nakamura days remixed

Quand les pseudo-spécialistes du genre, tel votre serviteur perpétuellement mal luné, parlent de progressive house à leur entourage, deux clans se dessinent. Il y a tout d’abord celles et ceux qui, honnêtement, s’y connaissent, reconnaissent qu’Eric Prydz est devenu une idole bien au-delà de « Call On Me » et « Proper Education », connaissent au moins l’existence d’Anjunadeep, restent méfiant sur le récent succès d’Oliver Heldens et veulent balancer des gâteaux à la face de cet abruti de Steve Aoki.

Et puis il y a ceux qui, au choix, ont les yeux rivés sur le classement DJ Mag et seront par conséquent persuadés que Hardwell, DVBBS, Borgeous et autres bouseux du même acabit produisent ce genre de musique, ou seront suffisamment attardés pour évoquer le nom de David Guetta dans la discussion (hésitation – durement ! – acceptée sur le cas de Martin Solveig).

Dans la grande majorité des cas, toutefois, la discussion tournera autour de DJ européens, français, néerlandais ou britanniques, voire nord-américains. C’est oublier qu’un bonhomme comme Odonbat arrive à balancer de la superbe modern trance directement depuis Oulan-Bator, Mongolie, ou bien même que le Japon a presque autant son mot à dire que la Russie (Arty, Bobina, Paul Vinitsky…).

Le Japon, dites-moi ? Non, ce n’est pas QUE le temple de la J-Pop et de Mireille Mathieu. Il y a dix ans, déjà, l’archipel était l’un des principaux bastions de résistance de la scène hard trance, le sublime Yoji Biomehanika en tête de pont (comment oublier « Hardstyle Disco » et le « Theme From Banginglobe » ?) :

Yoji étant désormais parti dans la hard dance presque aussi pompier que Gigi d’Agostino, une nouvelle génération a pris le pouvoir avec une survivante – involontaire – de l’ancienne ère, j’ai nommé Ayumi Hamasaki récemment remixée par Armin Van Buuren. Mais côté « progressive house », dites-moi ?

Hiroyuki Oda, Nhato et Tomoyuki Sakakida tiennent désormais fièrement le flambeau de l’archipel du Soleil Levant, mais tous à un degré moindre que Shingo Nakamura, désormais aussi important sur la sphère deep/progressive house qu’un vénérable Jody Wisternoff ou que les jeunes ambitieux de Cubicolor, comme le prouve son dernier – excellent – album nommé « Days », publié sur Otographic Music.

Il ne manque que Sakakida dans ce « Days (Remixed) » qui, au fond, ne comprend qu’un seul remix du titre « Days » à proprement parler, signé Nhato (conseils d’écoute : « Past, Then », « Eureka » et « Aurora »). En plus d’Oda (en mode trance bien méchante sur « Morning Sun »), KaNa, Oluca, Masanori Yasuda et Kyohei Akagawa rappellent que derrière Shingo Nakamura, c’est toute une déferlante qui s’apprête à ambiancer nos ambiances moites et nos défilés de mode printemps-été. Au nom du bon goût et au nom de vos oreilles désormais sauvées, vous n’aurez pas le droit de contester une telle invasion.

Tracklisting:

  1. Small Image (Shingo Nakamura Club Mix) (6:15)
  2. Abyss (KaNa Remix) [feat. Masanori Yasuda] (7:45)
  3. Abyss (Oluca Remix) [feat. Masanori Yasuda] (6:59)
  4. Fauna (Masanori Yasuda Remix) (7:12)
  5. Orphic (Kyohei Akagawa Remix) (8:12)
  6. Days (Nhato Remix) (6:58)
  7. Morning Sun (Hiroyuki Oda Remix) (7:16)
  8. Small Image (Masanori Yasuda Collaged Remix) (6:11)

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.