TOP ALBUM 2014. 01 – A Winged Victory For The Sullen – Atomos

C’est le rituel désormais habituel de fin d’année : l’arrivée de décembre est l’occasion de faire un point sur cette année musicale, entre gifles sonores et coups de cœur. Au tour d’A Winged Victory For The Sullen.

a winged victory for the sullen atomos gwendalperrin.net

« Ce qui n’est pas déchirant est superflu, en musique tout au moins. » (Emil Michel Cioran)

Là où la musique sauve des vies, ses artistes se chargent de les illuminer. Mon Last.fm est ainsi formel (et plus global que mon Spotify) : j’ai eu particulièrement besoin d’A Winged Victory For The Sullen cette année. Particulièrement de ce titre, particulièrement récemment, extrait de leur premier album éponyme :

A Winged Victory For The Sullen, pour les lecteurs qui viendraient de revenir d’un voyage de six ans autour de Pluton, est un duo composé par les compositeurs Dustin O’Halloran et Adam Wiltzie (The Dead Texan, Stars of the Lid). Les deux se sont liés à la suite d’une occasion dispensable car tragique : la disparition de Mark Linkous (Sparklehorse), parti sans prévenir en 2010, une balle dans la tête, une déflagration bien au-delà.

Le premier album d’AWVFTS, hommage à l’illustre disparu, est, disons le tout de go et sans contestation admise, l’un des plus brillants hommages posthumes enfantés par la musique classique contemporaine.

Que faire, que refaire, une fois ce deuil admis ? Le projet aurait pu disparaître sur cette note, unique, angélique. Personne n’aurait pu être choqué de cet évanouissement, personne ne s’en serait tout à fait remis. La disparition est toujours, et à la fois, éternelle et temporaire.

Wayne McGregor en aura finalement décidé autrement. Le prestigieux chorégraphe britannique, visiblement lui aussi sous le choc de la précédente déflagration, cherchait à s’accaparer une part de cette éternité pour sa plus récente oeuvre : « Atomos » est ainsi né, d’abord projet de commande, devenu projet de corps, de courage et de coups. De contemplation, aussi, mais moins passive et brutale que lors du premier opus : « Atomos » est un disque de mouvement, de mouvements, frissonnants et dynamiques, là où « A Winged Victory For The Sullen » était une échappée totale mais temporaire du monde environnant.

>> A (re)lire : ma chronique ultra-détaillée (probablement trop) sur « Atomos »

Lors des dernières semaines de l’année en train de s’écouler, pour être tout à fait honnête, « Atomos » semblait parti pour se « contenter » de la seconde marche du podium, derrière le sublime « What Wind Whispered to the Trees » de Siavash Amini. Deux atmosphères contrastées pour deux types de construction musicale pas si éloignés, où les émotions s’abattent par torrents décalés, doucement, sans rythme et sans prévenir. Deux visions du monde similaires, mais où l’accent principal n’aura finalement pas été placé au même endroit : fallait-il privilégier les ténèbres rassurantes ou les lumières aveuglantes ?

J’ai, finalement, et pour une fois, allumé la lumière.

>> Les 20 meilleurs albums de 2014 <<

>> 01. A Winged Victory For The Sullen – Atomos
>> 02. Siavash Amini – What Wind Whispered to the Trees
>> 03. Sébastien Schuller – Heat Wave
>> 04. Owen Pallett – In Conflict
>> 05. Hauschka – Abandoned City
>> 06. Christina Vantzou – N°2
>> 07. Ensemble Economique – Melt Into Nothing
>> 08. Butterfly in the Snowfall – Butterfly in the Snowfall
>> 09. Kiasmos – Kiasmos
>> 10. Orcas – Yearling
>> 11. Above & Beyond – Acoustic
>> 12. Emanuele de Raymondi – Ultimo Domicilio
>> 13. Röyksopp – The Inevitable End
>> 14. Musée Mécanique – From Shores of Sleep
>> 15. Basement Jaxx – Junto
>> 16. Yann Tiersen – Infinity
>> 17. Linda Perhacs – The Soul of all Natural Things
>> 18. Bruno Bavota – The Secret of the Sea
>> 19. Egokind & Ozean – Transition
>> 20. Chris Herbert – Constants

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.