TOP ALBUM 2014. 02 – Siavash Amini – What Wind Whispered To The Trees

C’est le rituel désormais habituel de fin d’année : l’arrivée de décembre est l’occasion de faire un point sur cette année musicale, entre gifles sonores et coups de cœur. Au tour de Siavash Amini.

gwendalperrin.net siavash amini what wind whispered to the trees

 

« Ce sont les paroles les moins tapageuses qui suscitent la tempête et les pensées qui mènent le monde viennent sur des pattes de colombe. » (Friedrich Nietzsche)

Il est des mélancolies plus salvatrices que d’autres. Se distinguent celles qui s’auto-nourrissent, vaines pérégrinations de l’esprit sur la suprématie d’un vide inconscient, de celles qui immobilisent, frappent au cœur, remontent les souvenirs et construisent la suite de l’histoire.

« What Wind Whispered To The Trees », de l’Iranien Siavash Amini, fait partie de ces (rares) albums à scotcher l’auditeur exigeant, remuant, insensible peut-être, dès la première montée mélodique. L’intensité de « The Wind », acteur principal de cette piécette surnaturelle, est telle…

… qu’elle empêche de poursuivre cette phrase, par exemple.

Pourrait-on, à peine, reprocher à cet album de n’être parfait que par intermittences ? Il conjugue, en réalité, des pistes terriennes mais non moins superbes (« Aliosha and the Fure », « Maria Timofeyevna 1 et 2 ») à d’autres venues d’ailleurs, d’un autre monde bercé par les bourrasques et frappé par la grâce.

Le triptyque introductif « The Wind » / « Dusk » / « Dark Oak Woods », d’une force inconsidérée, est suivie du triptyque précédemment cité, plus posé, où les instruments peuvent de nouveau respirer et les âmes se remettre à l’endroit. Le piège est séduisant et efficace, la conclusion de « What Wind Whispered To The Trees » (appelée de la même manière) étant d’une ténébreuse férocité. Et l’auditeur, hébété, de s’extraire de cette expérience avec Ludwig Wittgenstein en tête : « Notre vie est tout autant sans fin que notre champ de vision est sans limite ».

>> A (re)lire : ma chronique sur ce moment de grâce musical

>> Les 20 meilleurs albums de 2014 <<

>> 01. A Winged Victory For The Sullen – Atomos
>> 02. Siavash Amini – What Wind Whispered to the Trees
>> 03. Sébastien Schuller – Heat Wave
>> 04. Owen Pallett – In Conflict
>> 05. Hauschka – Abandoned City
>> 06. Christina Vantzou – N°2
>> 07. Ensemble Economique – Melt Into Nothing
>> 08. Butterfly in the Snowfall – Butterfly in the Snowfall
>> 09. Kiasmos – Kiasmos
>> 10. Orcas – Yearling
>> 11. Above & Beyond – Acoustic
>> 12. Emanuele de Raymondi – Ultimo Domicilio
>> 13. Röyksopp – The Inevitable End
>> 14. Musée Mécanique – From Shores of Sleep
>> 15. Basement Jaxx – Junto
>> 16. Yann Tiersen – Infinity
>> 17. Linda Perhacs – The Soul of all Natural Things
>> 18. Bruno Bavota – The Secret of the Sea
>> 19. Egokind & Ozean – Transition
>> 20. Chris Herbert – Constants

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.