TOP ALBUM 2014. 09 – Kiasmos – Kiasmos

C’est le rituel désormais habituel de fin d’année : l’arrivée de décembre est l’occasion de faire un point sur cette année musicale, entre gifles sonores et coups de cœur. Au tour de Kiasmos.

gwendalperrin.net kiasmos vinyl

Ólafur Arnalds commençait à nous endormir. Dans le mauvais sens du terme, toujours, alors même que le début de sa discographie était autrement plus minimal que le tournant pris depuis quelques mois (et notamment le dispensable « For Now I Am Winter »). Voir le compositeur néo-classique nous sortir de notre torpeur avec un album… techno, a sur le papier le mérite d’être culotté.

L’effet de surprise est moindre quand on connait le parcours initial de l’Islandais, qui a traîné dans le metal le plus crade avant de changer de casaque – pour le plus grand bonheur de nos oreilles. Il était, certes, assez fort, mais pas autant qu’escompté lorsque les premières pistes de Kiasmos, son projet avec son camarade de jeu Janus Rasmussen, ont commencé à frapper les enceintes.

Mais ce n’est qu’au bout de plusieurs années d’attente que les deux comparses ont finalement formalisé leur travail via ce premier album éponyme, minimaliste sur le nombre de pistes (seulement huit), pas forcément démesuré dans l’ambition mais, par contre, d’une efficacité redoutable et maximisée.

Cette electronica léchée se dansera très bien en introduction de set mainstream au Berghain, au cas où Ben Klock commencerait à faire ronfler vos tympans. Cette techno minimale, souvent construite sur de simples astuces ou des motifs répétitifs en faible nombre, ambiancera sans difficulté un grand nombre de soirées et dépassera rapidement le statut de simple « musique de fond ». Et, surtout, on se perdra volontiers dans la conclusion tragique de « Thrown » (ici présenté en version modernisée) pour saisir toute la portée de ce projet casse-gueule mais foutrement bien fichu.

>> A relire : ma chronique sur « Kiasmos » (avec encore plus d’extraits dedans à l’intérieur)

>> Les 20 meilleurs albums de 2014 <<

>> 01. A Winged Victory For The Sullen – Atomos
>> 02. Siavash Amini – What Wind Whispered to the Trees
>> 03. Sébastien Schuller – Heat Wave
>> 04. Owen Pallett – In Conflict
>> 05. Hauschka – Abandoned City
>> 06. Christina Vantzou – N°2
>> 07. Ensemble Economique – Melt Into Nothing
>> 08. Butterfly in the Snowfall – Butterfly in the Snowfall
>> 09. Kiasmos – Kiasmos
>> 10. Orcas – Yearling
>> 11. Above & Beyond – Acoustic
>> 12. Emanuele de Raymondi – Ultimo Domicilio
>> 13. Röyksopp – The Inevitable End
>> 14. Musée Mécanique – From Shores of Sleep
>> 15. Basement Jaxx – Junto
>> 16. Yann Tiersen – Infinity
>> 17. Linda Perhacs – The Soul of all Natural Things
>> 18. Bruno Bavota – The Secret of the Sea
>> 19. Egokind & Ozean – Transition
>> 20. Chris Herbert – Constants

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.