Pourquoi tous les médias sont vendus au lobby félin (enfin, presque tous)

Pour les besoins de ce papier, le lobby félin a pris possession de l’esprit (et du corps aussi, des genoux surtout) de l’auteur habituel de ces lignes pour délivrer son message supérieur.

gwendalperrin.net cat lolcat lobby félin bitch i'm fabulous

Miaou, ici le lobby félin. Au cas où tu aurais raté quelques épisodes, il m’arrive, parfois, de virer le propriétaire des lieux pour me servir de son antre comme tribune pour faire passer mes idées. Notez, d’ailleurs, que ledit propriétaire de ces locaux numériques est aussi mon abruti de secrétaire ce qui, je ne vous le cache pas, m’arrange pas mal en raison de mes pouces non rétractables.


Vous avez sans doute vu, ce mardi 15 avril, tous les médias dégainer sur une décision de la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale. Vous remarquerez d’ailleurs que ces mêmes médias, en somme, ne s’intéressent à ces machins bidules obscurs que lorsqu’ils me concernent potentiellement, ce dont je me réjouis par ailleurs. En somme, elle cherche ici à modifier, sur une idée de mes alliés de « 30 Millions d’Amis », l’article 528 du Code Civil qui, jusqu’à présent, considère que, je cite, « sont meubles par leur nature les animaux et les corps qui peuvent se transporter d’un lieu à un autre ».

Vous avez bien lu, depuis 1804, j’ai le même statut qu’un meuble IKEA sur lequel je fais mes griffes !

Heureusement, donc, un amendement socialiste devrait bientôt faire changer tout cela. C’est là-dessus que se jettent les médias, visiblement au taquet sur les droits des animaux. Et, c’est alors que ma plume sans pouces rétractables devient intéressante : devinez qui ces sites ont-ils mis en avant pour illustrer leurs articles ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Notons la supposée présence d’esprit du Huffington Post, qui a préféré mettre cette chose noire et blanche et qui, pourtant, n’est pas un tuxedo, en guise d’illustration. Inutile de préciser que j’appelle désormais au boycott de ce pure player qui, de toute façon, a montré à maintes reprises qu’il me respectait nettement moins que leurs confrères de Slate, Atlantico et autres Rue89.


Alors là, bavant sur votre clavier devant tant de mignoncité, vous vous demandez quand est-ce que je vais véritablement analyser la dépendance des médias à ma propre personne. Eh bien, en fait, jamais, mais est-ce vraiment utile ? Ma supériorité esthétique évidente n’est-elle pas en soi un argument définitif ?

Mais, parce que j’aime demander aux humains leur avis sur la meilleure manière de me vénérer, on va mettre en place un sondage pour dire quel média a choisi le cliché qui me met le plus en avant. Voilà comment finir une analyse que le Plus surtitrerait « Temps de lecture : 3 minutes » en retombant sur mes pattes – mais, sincèrement, qui en doutait ?

(Tiens, ça c’est pour te mettre dans l’ambiance, cadeau de mon abruti de secrétaire, sinon tu peux écouter Miss Kittin et Laurent Garnier qui sont également liés à ma cause)

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.