[TOP ALBUM 2013] 20 – Benoit Pioulard – Hymnal

Nous commençons en ce 1er décembre le désormais habituel compte-à-rebours des albums préférés cette année par votre serviteur à poils, miaou. Premier épisode, avec Benoit Pioulard.

gwendalperrin.net benoit pioulard hymnal

Benoît Pioulard, c’est un peu la couette dans laquelle tu aimes à te blottir quand il commence à faire frisquet, même en plein milieu du mois de juillet. Son environnement musical, semblable à une succession de tableaux aux couleurs vives, est si unique et si protéiforme qu’il s’adapte de manière presque automatique à toutes les oreilles qui voudront bien l’accueillir – et elles ne sont définitivement pas assez nombreuses.

Détrompez-vous tout de suite, les kings du « made in France » : ce n’est pas du tout à un compatriote que je rends hommage ici puisque Benoît Pioulard, de son vrai nom Thomas Meluch, nous vient de Portland, Oregon, Etats-Unis, la ville qu’elle est trop bien dedans à l’intérieur. Et, surtout, la qualité de ce jeune homme (pas encore 30 ans) n’est pas nouvelle : Kranky, qui sort « Hymnal », avait déjà sorti « Précis », « Temper » et « Lasted » (respectivement datées de 2006, 2008 et 2010). « Hymnal » suit le même chemin que ses prédécesseurs, puisqu’il n’a pas de chemin : entre folk et ambient, la mixture pioulardienne – qui n’a rien à voir avec Poudlard, genre que dalle du tout – est en perpétuelle régénération tout en conservant une sonorité d’éternité bienvenue. Une magnifique bande-son qui plaira tout autant aux fêtards en fin de bad qu’aux insomniaques désemparés.

Déjà placé dans ma short-list de mi-année, Benoît Pioulard est aussi la moitié du duo Orcas avec Rafael Anton Irisarri, et je t’en avais déjà parlé (en bien) en 2012.

> #01 : Boards of Canada – Tomorrow’s Harvest.

> #02 : Sebastian Plano – Impetus.

> #03 : Nils Frahm – Spaces.

> #04 : Lubomyr Melnyk – Corollaries.

> #05 : Aufgang – Istiklaliya.

> #06 : Greg Haines – Where We Were.

> #07 : Eluvium – Nightmare Ending.

> #08 : Ludovico Einaudi – In A Time Lapse.

> #09 : Junip – Junip.

> #10 : Midlake – Antiphon.

> #11 : Sigur Ros – Kveikur.

> #12 : Woodkid – The Golden Age.

> #13 : Goldfrapp – Tales of Us.

> #14 : Olan Mill – Hiraeth.

> #15 : Arcade Fire – Reflektor.

> #16 : M83 – Les Rencontres d’après Minuit (OST).

> #17 : Bibio – Silver Wilkinson.

> #18 : Jóhann Jóhannsson – Prisoners (OST).

> #19 : Marcel Dettmann – Dettmann II.

> #20 : Benoît Pioulard – Hymnal.

> Retrouvez la liste des meilleurs albums de 2012, de 2011 et même de 2010.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.