[STREAM] Samuel Barber – Early Songs (Florestan Recital Project)

Raretés : Samuel Barber avait laissé quelques partitions de jeunesse à la postérité, jusqu’alors toujours non découvertes… Voilà cet oubli réparé.

Cela faisait quatre ans que l’extraction était dans les tuyaux. En 2009, le Florestan Recital Project a obtenu l’autorisation d’exploiter – et de faire découvrir au monde – les travaux cachés du compositeur américain Samuel Barber, disparu 28 années plus tôt. Jamais enregistrées, jamais jouées, elles n’existaient que sur la glace du papier. S’en est suivie, patiemment, une série de sorties remarquées dans BarberFest: The Complete Songs of Samuel Barber.

Au tour, en 2013, de sortir maintenant ces six mélodies composées durant l’adolescence du futur prodige du classique américain : les trois premières, Settings of « Three songs from Old New England », s’inspirent des anciens poètes britanniques qui ont bercé le jeune Samuel durant ses premières années, tandis que les trois suivantes, plus contemporaines, se concentrent sur d’autres poètes du 20e siècle. Histoire, qu’enfin, vous arrêtez de ne voir en lui qu’un adagio à cordes.


Tracklisting:

  1. Lady, when I behold the roses [Words by John Wilbye (1574-1638)]
  2. An Earnest Suit to His Unkind Mistress Not to Forsake Him [Words by Sir Thomas Wyatt (1503-1542)]
  3. Hey Nonny No! [Words from Christ Church Manuscript]
  4. Fantasy in Purple [Words by Langston Hughes (1902-1967)]
  5. Stopping by Woods on a Snowy Evening [Words by Robert Frost (1874-1963)]
  6. Watchers [Words attributed to Dean Cornwell (1892-1960)]

(Aaron Engebreth, baryton / Alison d’Amato, piano) — (textes des chansons ICI)

Et, bien entendu, je ne pouvais passer à côté de cette petite piqûre de rappel littéraire :

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.