[STREAM] Daníel Bjarnason – Over Light Earth

By on septembre 29, 2013



Le nouvel album orchestral du compositeur islandais Daníel Bjarnason, « Over Light Earth », sort le 30 septembre chez Bedroom Community – son second en solo et le troisième sur le label du jeune mais déjà vénérable Valgeir Sigurðsson.

gwendalperrin.net daniel bjarnason over light earth

 

Voilà une commande de la part du Los Angeles Philharmonic qui, pris d’une bouffée de bon goût, a eu l’idée de faire appel au trio de Bedroom Community Bjarnason/Frost/Sigurðsson – le premier étant en avant. « Over Light Earth » est ainsi une composition orchestrale en trois mouvements :

  • Le premier, « Over Light Earth », se divise en deux parties inspirées par le peintre Mark Rothko (titre original de son oeuvre : « Dark Over Light Earth ») et l’artiste Jackson Pollock. A noter, ces notes respectives de Bjarnason (en version originale bande de bilingues) :

« The darkness is still there in the minds of everyone who knows the reference (the painting) and there is also darkness in the music but it isn’t at surface level »

« The first impression I had when I saw this painting in MOCA was that it almost knocked me off my feet. The first thing you take in is the explosion of color, the vibrancy and the raw energy, seemingly chaotic, but when you stand and look at it for a while (I couldn’t take my eyes off it), there is also a very pleasing sense of symmetry and calmness that seems to underlie this level of activity »

  • Le second, « Emergences », plus uniforme et moins culturellement référencé, accentue la présence des cordes, moins contemporain qu' »Over Light Earth », un peu plus cinématique. Un chouia plus anecdotique dans l’ensemble, aussi…
  • Le troisième, enfin, voit ces « Solitudes » émerger d’un vrai travail de trio puisque, tiens donc, Sigurðsson et Frost sont passés par là en post-prod. Plus axé sur le piano – avec le lunaire « Selge Ruh » – ce quintuplé oscille constamment entre, à la fois, le « son » Bedroom Community, le piano préparé – un peu plus proche d’un Hauschka que d’un Cage – et, finalement, un classicisme séculaire ringard en aucun point. Bref, un maelström d’époques qui se frite et s’harmonise en cinq titres taillés au couteau.

Si vous ne pouvez vraiment pas attendre jusqu’au 30 pour vous procurer « Over Light Earth » (ce qui peut se concevoir), il est déjà en vente sur Bandcamp – sinon, c’est bien chez Bedroom Community que ça se passe, et même en vinyle (seconde sortie vinyle pour Bjarnason après l’héroïque « Solaris » avec Ben Frost). D’ailleurs, si vous ne pouvez VRAIMENT pas attendre, Gramophone propose le stream intégral d' »Over Light Earth »… jusqu’au 29 au soir.

Tracklisting:

  1. Over Light Earth I. Over Light Earth 06:06
  2. Over Light Earth II. Number 1, 1949 09:00
  3. Emergence I. Silence 03:15
  4. Emergence II. Black Breathing 04:54
  5. Emergence III. Emergence 07:02
  6. Solitudes I. Holy 02:41
  7. Solitudes II. Dance Around In Your Bones 05:20
  8. Solitudes III. Echo & Pre-Echo 01:38
  9. Solitudes IV. Selge Ruh 04:12
  10. Solitudes V. T’aint No Sin 03:55

About Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager, enseignant-raconteur de blagues et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.
%d blogueurs aiment cette page :
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Google PlusVisit Us On PinterestVisit Us On YoutubeVisit Us On LinkedinCheck Our Feed