[RETRO] Les 20 meilleurs albums de 2013 (pour l’instant)

Puisque l’été semble avoir (vraiment) décidé d’arriver pour de bon sur nos tronches enduites d’auto-bronzant, c’est qu’il est temps de dresser un petit bilan de milieu d’année. Sans surprise, sur gwendalperrin.net, la seule rétro à laquelle vous aurez droit sera musicale…

gwendalperrin.net juke box new york

20/ John ’00’ Fleming – One Hundred Ten

gwendalperrin.net-john-00-fleming-one-hundred-ten-wko

Le vétéran de la trance John ’00’ Fleming n’en est qu’à son second album avec « One Hundred Ten WKO », deux ans après l’inaugural « Nine Lives ». Avant cela, le producteur a, pendant quinze ans, tenu fièrement l’étendard de la trance de qualité, souvent psy, parfois hard, toujours précise et top notch. « One Hundred Ten WKO » le prouve une nouvelle fois, succession de pistes solides qui devraient renvoyer côte-à-côte les imposteurs David Guetta et W&W à leurs études de musicologie.

19/ Biologik – One Month

gwendalperrin.net biologik one month

De la bonne progressive house/trance bien discrète et moelleuse comme il faut, avec des soupçons de techno et de chillout bien sentis, tel est le programme du premier album d’un autre vétéran bien discret, j’ai nommé le ponte de Proton Music Biologik. Avec « One Month », il marche quelque peu sur les plate-bandes de l’univers Anjunadeep et, sincèrement, les seuls qui s’en plaindront se nommeront Disclosure, capables de playlister ce type de titres d’excellente electronica tout en pondant un autre premier album autrement plus raté.

18/ James Blake – Overgrown

gwendalperrin.net james blake overgrown

Attendu tel le messie, le second album de James Blake reste fidèle à la ligne directrice dessinée par le bonhomme. Les évolutions sont finalement plutôt mineures et, entre nous, ce n’est peut-être pas plus mal.

17/ James Holden – The Inheritors

gwendalperrin.net james holden the inheritors

Voilà un des derniers arrivés, puisque « Inheritors » est sorti le 24 juin. Conclusion : sa place de 17e est particulièrement temporaire car cet album de « Mister Horizons » ne se laisse pas facilement apprivoiser, aux carrefours d’une myriade de styles aussi riche que l’émir du Qatar. En tout cas, il en jette : c’est bien la seule certitude qu’il est possible d’avoir après trois écoutes.

16/ The National – Trouble Will Find Me

gwendalperrin.net the national trouble will find me

The National est l’un des rares groupes de cette sélection tout à fait subjective qu’on pourrait même playlister dans les Inrocks (j’allais dire Tsugi mais je garde ça pour les Boards) : leur nouvel album n’est, paradoxalement, pas leur production la plus immédiatement accessible, mais elle reste pour autant fort pertinente.

15/ Olafur Arnalds – For Now I Am Winter

gwendalperrin.net olafur arnalds for now i am winter

Oui, « For Now I Am Winter » est l’album le plus raté de la discographie d’Olafur Arnalds. Oui, son passage du studio vers le live n’éteint que très partiellement les critiques qu’on peut légitimement formuler à propos de cet opus. Oui, ce disque contient nombre de défauts inhabituels pour une composition de l’Islandais. Et oui, pourtant, il mérite sa 15e place temporaire. Mais oui, Olafur est habitué à de plus hautes sphères

14/ David Sylvian & Stephan Mathieu – Wandermüde

gwendalperrin.net david sylvian stephan mathieu wandermude

Lui, c’était le premier. Le tout premier album de l’année à mériter mon attention. David Sylvian, dont – malheureusement – 60% de mes lecteurs n’ont jamais entendu parler, et Stephan Mathieu (qui doit taper dans les 85%, et pourtant j’en parle pas mal en ces colonnes) nous embarquent dans un voyage drone-ambient d’excellente facture, quoique fort tortueuse.

13/ Jon Hopkins – Immunity

gwendalperrin.net jon hopkins immunity

Entre nous, Jon Hopkins a un petit côté horripilant. C’est l’équivalent du gamin de sixième à lunettes qui se tape 18/20 de moyenne et qui, comprenant qu’on le regarde comme un dératé, décide de ne plus en branler une. « Immunity », c’est exactement ça. Mais comme Hopkins est doué de nature, il se tape l’équivalent d’un 16/20 presque sans effort. Fou.

12/ Benoit Pioulard – Hymnal

gwendalperrin.net benoit pioulard hymnal

Le jour où Benoit Pioulard (moitié d’Orcas, pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi, avec l’excellent Rafael Anton Irisarri) loupera un album solo, il pleuvra… rien du tout tellement la chose est inimaginable. « Hymnal » en est une nouvelle – et éclatante – démonstration, entre pop minimale et alternative folk à faire sautiller un chaton apoplexique.

11/ Bibio – Silver Wilkinson

gwendalperrin.net bibio silver wilkinson

Deux ans après l’excellent mais déroutant « Mind Bokeh », Stephen Wilkinson en remet une couche avec « Silver Wilkinson », album d’alternative pop ensoleillée en forme de retour aux basiques, c’est-à-dire son anté-pénultième opus « Ambivalence Avenue ». Un come-back qui se passe bien, en fait. Tranquilou.

(On respire, puis pouf, on tourne la page et on écoute les dix premiers)

10/ Stephan Mathieu – Un Coeur Simple

gwendalperrin.net stephan mathieu un coeur simple

Tiens, encore lui. Stephan. Encore une réussite. Encore un album d’apparence froid mais empli en réalité d’une délicate douceur, d’une rudesse propre à son ambient déstructurée, pas forcément accessible à toutes et tous immédiatement. Un album qui se mérite. Mais qui vaut le coup.

09/ Woodkid – The Golden Age

gwendalperrin.net woodkid the golden age

Tiens. Entre Stephan Mathieu et Woodkid, c’est justement la nuit et le jour. Au silence médiatique quasi-religieux dont a toujours été entouré l’excellente discographie du patron du label Schwebung, Woodkid a au contraire eu le droit à tous les projecteurs. Et contrairement à Kavinsky (Mmmm bof), Disclosure (beurk) et aux Daft Punk (Zzzzz), même si « The Golden Age » est autant bourré d’imperfections que votre serviteur après huit soirées consécutives, cet album a indéniablement quelque chose de méritant et, une fois débarrassé de toutes ces dispensables aspérités à caractère commercial, laisse augurer, paradoxalement, des jours et des albums meilleurs.

(Par contre, Yoann s’habille indéniablement très mal et cela va de mal en pis, en atteste sa récente performance aux Nuits de Fourvière)

08/ Sigur Ros – Kveikur

gwendalperrin.net sigur ros kveikur

Pris par le temps, je n’ai même pas eu le temps de dédier une chronique digne de ce nom au successeur de « Valtari », j’ai nommé « Kveikur ». Penchant énergique de son prédécesseur, perdu de son côté dans des tonalités ambient, ces huit titres sont autrement plus énervés et fort aboutis. Principal regret : pas de véritable titre fort sur l’ensemble de la galette, ce qui est quasiment une première.

07/ Junip – Junip

gwendalperrin.net junip junip album

Le second opus éponyme du trio suédois mené par José Gonzalez tape dans le mille et s’il évite la sur-profusion (rappelons-nous que « Fields » était un triple – ! – album), il parvient tout de même à accumuler les perles. Emotion toujours aussi particulière pour le single « Line of Fire ».

06/ Eluvium – Nightmare Ending

gwendalperrin.net eluvium nightmare ending

Eluvium est typiquement le genre d’artistes que j’écoute depuis des années quasiment sans jamais en parler. L’exercice de la critique s’adapte en effet assez mal aux oeuvres protéiformes et complexes de cet artiste drone/ambient qui, avec le double album « Nightmare Ending », offre une partition apaisée, heureusement pas débarrassée de ses aspérités et ses imperfections, introduction idéale pour les rêves et autres cauchemars.

05/ Greg Haines – Where We Were

gwendalperrin.net greg haines where we were

Le compositeur britannique – installé à Berlin – a surpris son monde avec ce nouvel opus sorti chez Denovali, sa seconde maison avec Erased Tapes. « Where We Were » n’a en effet pas grand chose à voir avec le néo-classique contemplatif de « Digressions », et ne se rapproche qu’à peine de ses premiers travaux comme « Slumber Tides ». Entre drone, ambient et minimal, Greg étonne, encore. Et détonne, toujours.

04/ Ludovico Einaudi – In A Time Lapse

gwendalperrin.net ludovico einaudi in a time lapse album

Le compositeur italien représente une assurance qualité pour tous les amateurs de classique romantique, simple et délicat. « In A Time Lapse » prend des pentes moins aventureuses que son précédent opus « Nightbook », moins bouleversantes que « Divenire », mais tout de même fort aventureuses. Un excellent exercice de synthèse.

03/ Aufgang – Istiklaliya

gwendalperrin.net aufgang istiklaliya album

Attention, les sols n’ont pas fini de trembler ! Le second album du trio Aufgang, « Istiklaliya », pousse les couverts savamment dressés par l’éponyme « Aufgang », s’installe sur la table et fait valdinguer les lampadaires. Cette fusion entre musique électronique et classique placée sous des auspices techno/minimal est, soyons concis, une petite tuerie.

02/ Boards of Canada – Tomorrow’s Harvest

gwendalperrin.net boards of canada tomorrow's harvest

Les Boards ont su se faire désirer, sept ans après leur dernière preuve de vie avec « The Campfire Headphase ». Pour notre bien : « Tomorrow’s Harvest », l’album de leur retour, est une réussite quasi complète. Le duo écossais n’a pas changé les recettes de ses précédents succès, mais les a quelque peu adaptées – avec bonheur – à certaines affres modernistes.

01/ Lubomyr Melnyk – Corollaries

gwendalperrin.net lubomyr melnyk corollaries

Dix-neuf notes par seconde. C’est le débit dont est capable le pianiste Lubomyr Melnyk, pionnier discret de la « continuous music ». Et c’est aussi le nombre d’émotions, toujours à la seconde, que sont – inégalement – capables de provoquer les cinq morceaux de « Corollaries », le premier effort sorti chez Erased Tapes. Avec l’habituelle doublette Frahm-Broderick aux manettes, ce joyau brut prend un envol particulièrement spatial qui, gageons-le d’ores et déjà, sera retenu et adulé dans les décennies à venir. Peut-être les dix-neuf prochaines.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.