[ALBUM] Junip – « Junip »

Second effort, trois ans après « Fields », pour le trio suédois Junip (Elias Araya, Tobias Winterkorn et José González) avec un album éponyme poursuivant l’exploration de ces trois gaillards dans le monde de la folktronica. Parfait pour les auto-radios qui n’en peuvent plus de vos vieilles compiles hors sujet. Ecoute et critique.


gwendalperrin.net junip junip album

Ce n’est pas qu’on était inquiet, mais Junip sait comment rassurer tout le monde en une vidéo. C’était fin février.

« Line of Fire », premier extrait du prochain album éponyme de Junip, donnait d’intéressantes indications sur ce à quoi allait ressembler le second album de ce trio, formé en 2006 mais qui a pris son temps pour sortir son premier « vrai » album, « Fields », il y a presque trois ans. Puis, « Your Life Your Call » complétait une partie de ce tableau blanc qu’avait posé « Line Of Fire » :

Les textes de Junip sont des petites parcelles de philosophie imagée où, inlassablement, est laissée toute béante la place à l’imagination et au flou puisque, toujours, ils ne donnent aucune réponse sur la structure narrative qui les a créées. « Line Of Fire » commence ainsi par « What would you do if it all came back to you / each crest of each wave bright as lightning? », ce à quoi il serait idiot d’attendre une réponse dans la suite du (brillant) titre. Et le fait que (je vois des signes partout) la galette se termine par (le plus déceptif, pourtant) « After All Is Said And Done », non seulement répond amusément à la première question, mais me fait évidemment penser à ça. Genre, oui, ça, au cas où tu n’aurais pas cliqué sur le premier ça. Oui, ça.

Musicalement ? Entre indie rock soft et folk-tronica déjà pas mal explorée sur « Fields », José Gonzalez et ses comparses nous embarquent dans un voyage naviguant constamment entre maîtrise et psychédélisme funky-flow, où se succèdent les tableaux d’une histoire inachevée, où, à chaque fois, la conclusion est toujours floue parce qu’au fond, peut-il en être autrement ?

Coups de coeur perso pour « Line of Fire », « So Clear » et « Walking Lightly » (où le texte est pourtant microscopique)… et un 16/20 final bien mérité pour un opus bien frais (fin avril, c’est toujours utile).

A noter que les suédois seront présents du côté du Trabendo le 14 mai et, attention, il reste des places (et tu pourras même y retrouver ton blogueur musical préféré).

Tracklist de Junip (album qui sort ce 23 avril chez City Slang) :

01. Line of Fire
02. Suddenly
03. So Clear
04. Your Life Your Call
05. Villain
06. Walking Lightly
07. Head First
08. Baton
09. Beginnings
10. After All Is Said and Done

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.