#IdiotDuJour : à 2 semaines d’intervalle, l’hymne du Kazakhstan est massacré 2 fois en cérémonie officielle

Il n’y a pas que les personnes qui peuvent avoir un coup de malchance, il y a aussi les pays ; incontestablement (et seulement sur un plan musical, pas pétrolifère hein), le Kazakhstan a la scoumoune…

Jusque là, les observateurs les plus moyennement aguerris (oui, je parle aux spécialistes comme aux kikoo_lol) ne connaissaient du Kazakhstan, enfin peut-être qu’ils le savaient, ce n’est pas sûr, mais on ne sait jamais, enfin bref, NE CONNAISSAIENT DU KAZAKHSTAN que sa fâcheuse manie de changer de capitale quand bon lui semble. Alma-Ata a d’abord été rebaptisée Almaty, puis la capitale a été déplacée à Akmola (ancienne Tselinograd) en 1997 et, à cette occasion, a été rebaptisée Astana. C’est un peu comme si Sarkozy décidait de rebaptiser Paris en Roubaix puis de décréter que Limoges, qui s’appelait auparavant Mulhouse, devenait capitale et s’appelait désormais Plessix-Balisson. Un pays d’Ubu, en somme.

Désormais, pour les amateurs de LOL (et/ou pour celles et ceux qui n’ont pas envie de se prendre la tête sur la complexe situation géopolitique du pays, fournisseur de pétrole en rasade et carrefour compliqué entre la Russie et l’Asie musulmane), il faudra ajouter une corde supplémentaire à votre arc d’informations insolites qui n’ont d’intérêt que lorsqu’elles sont sorties à l’apéro. L’hymne de ce pays a en effet, et ce en seulement deux semaines, été victime d’affligeantes méprises en contexte officiel !

Il y a deux semaines, nous passions rapidement sur le cas de ce massacre en bonne et due forme à une compétition de ski où l’hymne avait été remplacé par un titre de Ricky Martin, « Livin’ La Vida Loca ». Déjà là, nous pouvions nous permettre d’être sceptiques, faisons la comparaison :

Peut-on mettre ce fail sous le coup de la distraction du DJ ? A vous de juger…


Sauf que voilà. Nous n’avions probablement pas assez parlé du Kazakhstan ces derniers jours et c’est pourquoi, fort comiquement, ce type de #fail s’est sublimement répété, et cela fait deux adverbes de onze lettres dans la même phrase, mdr ! La scène se passe ce coup-ci lors d’une compétition sportive au Koweit. En lieu et place de l’hymne officiel, les organisateurs diffusent en effet… sa version parodique issue du film « Borat » de et avec Sasha Baron Cohen – une version qui parle plus de prostituées que de fierté nationale… Remarquez le sang-froid à toute épreuve de Maria Dmitrienko, gagnante d’un concours de tir qui ne laisse qu’à peine transparaître sa surprise à l’écoute de cette parodie (et on re-compare tiens) :

A noter, pour info, que la même cérémonie s’est également loupé quand il a fallu passer l’hymne de la Serbie. L’#IdiotDuJour team ne pouvait passer à côté de cette étonnante coïncidence et vous rappelait, mine de rien, de jeter un coup d’oeil à l’histoire et aux paroles de cet hymne tant et si bien maltraité que désormais, vous allez espérer que dans deux semaines je vous raconte le nouveau massacre dont il aura été victime… Tiens, à votre avis, à quoi ressemblera la prochaine bévue dont sera victime ce malheureux hymne ?

1/

2/

3/

4/

5/

ET SINON… J’ai encore une petite cargaison de faileurs et autres débiles à te fourguer mais comme j’ai un accès subit de flemme à ce moment précis je te mets juste une liste d’ici et puis tu cliques sur le lien pour voir de quoi ça parle, ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici et encore , oui je sais je suis parfois surprenant, tu ne t’y attendais pas à ce là-là, la-la, po, tinky-winky, je vais reprendre un mojito tiens

ET SINON… (bis) Vous aussi, vous avez remarqué que l’#IdiotDuJour team était un peu dans les choux ces derniers temps, son pseudo-rédacteur en chef en premier lieu ? Vous avez raison. Et nous allons faire en sorte que cela aille mieux ces prochaines semaines. Sache toutefois, oui, TOI derrière ton écran, que si tu veux rejoindre l’équipe, il te suffit d’un petit mail de motivation à envoyer ICI qui prouve que tu sais écrire, que l’esprit d’équipe ne te fait pas peur et que tu ne manges pas de chaton cuit au petit-déjeuner. On se retrouve quand même demain pour voter pour l’#IdiotDeLaSemaine, avec toi ?

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.