#IdiotDuJour : il tague « anonymement » une voiture et signe son oeuvre… avec son nom de famille

Cette rubrique, c’est comme la vraie actu que tu lis dans ton agrégateur RSS. Il y a des papiers qui ont besoin de s’étirer sur 15 000 signes pour être complets et puis il y en a d’autres, simples, légers, où quelques phrases suffisent. Notre #IdiotDuJour du soir fait incontestablement partie de cette seconde catégorie.

Ils sont trois, ils ont 14 ans, ils trainent ensemble dans la rue à 20 heures. Alors de deux choses l’une : soit ils sortent tout juste d’une bibliothèque où ils viennent de terminer la lecture commune suivie d’une explication de texte d’ « Ainsi Parlait Zarathoustra » de Nietzsche (non, ceci n’a rien d’autobiographique) (j’avais 15 ans quand je l’ai lu pour la première fois) (et j’étais seul) (enfin on s’en fout), soit ils s’apprêtent à commettre une grosse bêtise.

Toi, lecteur, viens donc faire un tour à Lambay-Tom Selleck, pardon, Lambézellec, cette phrase a gagné le prix de « l’accroche la plus pourrie de paragraphe » de mars 2012 du magazine « Lire », j’en suis très fier merci. C’est dans cette bourgade de la banlieue nord de Brest que nous retrouvons nos trois sacripants (oui, ils ne lisaient pas Nietzsche :-(), interpellés par la police dans la rue Léon-Bloy ce mercredi à 20h. Leur délit ? S’être abandonnés à l’art du tag en repeignant la façade d’une Kangoo avec un feutre indélébile.

Ils ont été surpris par le propriétaire du véhicule, pourchassés par celui-ci dans les rues, un autre spectateur que j’invente assiste à la scène et se dit alors « WAOUH ! (NDLR : et non pas Whaou comme les crêpes du même nom qui, justement, sont aussi produites en Bretagne, cet article sent les embruns et le cidre brut et si tu n’es pas content, exile-toi aux Seychelles si j’y suis) Je tiens un super scénario de film qui s’appellerait « Course-poursuite à Lambézellec » ! Hollywood va craquer ! Avec de l’action et une bande-originale signée Manau ! LOL ! » Enfin bref. Les gamins s’échappent mais se font bloquer par les policiers dans la rue Yves-Gilou, je conserve le nom des rues pour que les locaux puissent visualiser la scène, coucou les lecteurs qui viennent de Lambézellec, j’ai été au lycée à Lamballe, les quatre premières lettres sont en commun, lol.

Mais, parmi ces trois garçons qui ont utilisé ce crayon indélébile, il y avait un débile. Super, j’ai aussi le deuxième prix de « l’accroche la plus pourrie de paragraphe » de mars 2012 du magazine « Lire » ! Qui, au milieu des six tags dessinés sur la voiture moche, avait signé son « oeuvre » de son nom, non pas d’artiste, mais bien de famille. Il n’a par conséquent pas été ardu de leur faire avouer leur méfait et, une fois entendus, notre trio de Power Losers a été remis aux parents respectifs. Qui aura logiquement trouvé une punition à la hauteur du crime commis (enfin, surtout ceux de notre #IdiotDuJour) : recopier 100 fois « J’arrête de me comporter comme un débile sans quoi je vais passer ma vie à me faire traiter de tous les noms sur ce site de qualité inférieure qu’est Rendez-Vous En Terre Mal Connue ». Et avec un feutre intelligent s’il vous plait.

PS : bien entendu, il aura été apporté un soin particulier à ce que la phrase soit correctement orthographiée, et donc non pas ainsi : « jaret 2 me konporté com1 Dbil ss kwa jvé paC ma laïfe amfèr trété dtou lé non sur ce site de relou ké RVETMC », et surtout le nom du site ne devra surtout pas être abrégé dans la copie finale car je suis un chieur, hihi




(qui m’a signalé ce lien, je l’en remercie ;-))

ET SINON… Sinon j’aurais pu te conter une histoire triste, mais drôle, mais triste, mais drôle, et surtout un peu conne. Ou parler de Jack Nicholson, de Wolfgang mais pas de Mozart, d’une tortilla divine, d’une roue de secours droguée, KAMOULOX ! ouais j’ai gagné. Je gagne toujours à ce jeu. On s’en fout. A demain.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.