#IdiotDuJour : sa femme s’étouffe au restaurant, il se barre en courant

Il paraît que l’amour donne des ailes. Il a aussi aidé notre #idiotdujour à prendre ses jambes à son cou, #COUCOU.

Imaginez la scène. Un dîner romantique, digne de cette bonne vieille Saint-Valentin. Un resto tranquille en Seine-Saint-Denis (non, pas un Pizza Hut on vous dit, un resto). Moment intense, bougies allumées, temps mort : Madame entame son repas et là, c’est le drame, le morceau de viande, plus gros que son gosier, s’engouffre dans sa gorge et… #SUSPENSE… elle s’étouffe. Ni une, ni deux, ni même une demi-seconde, notre #idiotdujour, pris de panique (on ne saura jamais vraiment pourquoi, mais POURQUOI ?), s’en va. Tout simplement.

Il court comme un dératé et se réfugie dans un café à côté. Tranquille le chat, comme on dirait chez moi. Bon, OK, il était « fortement alcoolisé » finit par préciser la préfecture de Paris. Ah, on me glisse dans mon casque de chantier qu’il avait effectivement 1,8 gramme par litre d’air expiré. Normal qu’il ait couru à perdre haleine (ouais, y’avait un jeu de mot, là, juste ici, tu vois pas ? Mais si, fais un effort, si tu n’y mets pas du tien aussi, on n’y arrivera pas). En même temps, les verres d’alcool, c’est comme qui-tu-sais, quand y’en a un, ça va, mais quand ils sont plusieurs… Ca donne mal au coeur.


Toi qui as apprécié cette fin d’article romantique, continue la balade des gens heureux avec nos #idiotdujour. Car oui, nous en avons à la pelle. Ici, une #IdioteDuJour (oui, féminisons la bêtise) est recherchée depuis 20 ans par la police, on la retrouve sous un lit (c’est toujours mieux dessus, mais bon). Un autre préfère se mettre à nu et s’attacher à une antenne (aucune allusion sexuelle ici, non, NE CHERCHEZ PAS #nonmaisoh). Ailleurs, la rupture est consommée entre un homme et son chihuahua, qu’il shoote avec un club de golf (l’homme qui shoote hein, pas l’inverse). Il paraît que c’est un « funny game », Christine Bravo acquiesce. Non, vraiment, n’insiste pas, surtout, ne me remerciez pas de vous en avoir rappelé l’existence, #bisous.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.