#IdiotDuJour : trois ministres indiens démissionnent pour avoir… maté du porno au Parlement

Il existe trois classes de parlementaires dans le monde : ceux qui font la sieste, ceux qui chauffent les séances de questions au gouvernement et, nouvelle venue, ceux qui traînent sur YouPorn.

« Mon plaisir quand je suis dans l’hémicycle ? Faire partager mes trouvailles vidéo de viol collectif à mes confrères ». Tel est, à peine exagéré, l’argumentaire de Laxman Savadi, ministre indien de la Coopération dans l’État du Karnataka, #trouveur amateur et #IdiotDuJour évident, pour tenter d’expliquer pourquoi il a été surpris en flagrant délit de visionnage de scènes #NSFW en pleine session parlementaire.

Si vous n’êtes pas très familier de Twitter, vous ne connaissez probablement pas le phénomène des #QAG. Késako ? #QAG pour « Questions au Gouvernement », nom officiel de cette émission télévisée que tu peux mater sur France 3 et LCP (et un peu iTele aussi) dont le principe est de voir un gouvernement à l’oeuvre face à deux types de situations extrêmes. D’un côté, il doit donner l’impression d’être en danger face à des questions posées par son propre camp ; de l’autre, il doit surjouer l’outragé de service face à celles de l’opposition. Dont acte.

Et parfois, ça dérape. A quelque 7 000 kilomètres de distance, entre Paris et Bangalore, deux incidents majeurs se sont produits aux deux principales assemblées de l’Etat (national pour la France, fédéral pour l’Inde, je mets quelques dénominations sérieuses dans ce papier car il faut bien que j’en place quelque part). En France, Claude Guéant recevait un violent retour de bâton de la part du député apparenté socialiste Serge Letchimy pour ses propos sur les civilisations. En Inde, on a plus le sens de l’humour : un ministre a été surpris en train de regarder du pOrn sur son téléphone portable.

Et parfois, ça se diffuse. Avec le hashtag #QAG et les chaînes d’info en direct, les propos du député martiniquais ont monopolisé l’actualité en moins d’une heure. Moins d’une heure, c’est aussi le temps qu’ont mis les principales chaînes de télévision indiennes pour se procurer et diffuser les images de Laxman Savadi regardant le très intéressant contenu d’un site vidéo de, comment dire, contenus olé olé sur le téléphone d’un de ses confrères…

Premier cap dans l’idiotie allègrement franchi. Mais ce que l’histoire ne disait pas encore à ce moment-là, c’est qu’un second palier allait par la suite être atomisé. Le ministre a en effet expliqué que la scène qu’il regardait n’était « en fait » qu’un viol collectif qu’il montrait à un collègue pour s’en indigner… Sur YouPorn, vraiment ?

Un cap, un idiot, deux caps, deux idiots… Pas de troisième cap, mais un troisième idiot dans le panier de crabes : trois ministres ont fait les frais de cette histoire grotesque. Laxman Savadi donc, son collègue C.C. Patil en charge du droit des femmes et du développement (!) qui regardait la scène avec lui et, cerise sur le gâteau, Krishna Palemar, ministre des Ports, de la Science et de la Technologie de son état et de son Etat, RIEZ. Pardon, le crime de ce dernier ? Ah oui : le téléphone incriminé lui appartenait !

Pardon, j’ai fait preuve de pessimisme : il y a un troisième cap franchi dans le LOL ! Pour leur défense, les trois hommes ont en effet expliqué qu’ils ne voulaient pas gêner leur parti, le Bharatiya Janata, parti nationaliste hindou réputé pour ses positions… conservatrices.  « Il est vraiment honteux de constater que les gens qui sont dans des postes de pouvoir et ont la responsabilité de changer les choses ont en réalité le même état d’esprit que des personnes qui sont en train de regarder du porno. Même les politiciens de notre pays pensent que la femme est un produit jetable » s’est désolée l’ancienne ministre fédérale pour la cause des femmes Renuka Chowdhary. En y songeant bien et en guise de conclusion, si je transposais cette histoire en France, France 3 filmerait Christian Vanneste et Christine Boutin en train de se refiler le lien d’une vidéo d’un gang-bang des studios Bel Ami. Je crois que vous allez faire de beaux cauchemars cette nuit et je sais que vous allez m’en remercier, bisous.



Aurait-on pu parler d’autre chose que de pOrn et de Christine Boutin ? Assurément oui… mais non. Mais n’hésite pas à jeter un coup d’oeil à cet homme qui lance une course-poursuite avec des policiers parce qu’il « avait toujours voulu faire ça », cette autre histoire de poursuite avec un flic qui chasse un suspect pendant 20 minutes avant de comprendre qu’il s’agit de lui-même ou encore le directeur de l’aéroport de Limoges qui avait vu les choses en grand en s’inventant un faux CV et une fausse identité. Mais vrai idiot, par contre.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.