#IdiotDuJour : elle se marie avec… un entrepôt de 107 ans (ou quand je m’essaie aux BELLES HISTOIRES)

Une fois n’est pas coutume, ce soir je vais vous raconter une belle histoire d’amour. Avec gentillesse et finesse, un récit tout en chamallows et en jolis flows.

Elle est belle, il est beau. Ou elle est belle, également. Est-ce un homme ou une femme ? Un(e) trans ? Tous les clichés d’apparence explosent en rondelles devant ce torrent inédit d’amour. Elle s’appelle Babylonia Aivaz, il ou elle s’appelle Vieil Entrepôt. Elle l’aime, il ou elle ne le sait pas encore. Le saura-t-il ou t-elle un jour ?

Son maquillage chatoyant en fait pour sûr la plus belle des mariées. Mais sera-t-elle veuve avant même d’avoir consommé sa noce ? Vieil Entrepôt, âgé(e) de 107 ans, est condamné(e) à une proche destruction. L’euthanasie active pour ce tas de briques situé en plein coeur de Seattle, quel sort cruel. Car, oui, quitte à appliquer les mêmes droits aux humains qu’aux bâtiments, autant y aller franchement : oui au mariage, non à l’euthanasie active.

« J’ai nettoyé tes chambres, lavé ton sol » a chanté amoureusement la future veuve éprouvée, car Vieil Entrepôt est toujours en voie d’anéantissement par l’intérieur – et l’extérieur aussi. Un mauvais coup porté aux défenseurs d’un élargissement du concept de mariage aux seuls couples hétérosexuels… Car oui, vous l’aviez peut-être compris : Vieil Entrepôt pourrait être une femme.  « De toute évidence, c’est un bâtiment féminin. Il s’agit donc d’un mariage gay » a déclaré un invité. Allez Human Rights Campaign, tu tiens ici l’affaire qui te permettra d’émouvoir et d’influencer Barack Obama sur cette question. Love Is All.

(Ah pardon on me signale que ceci n’était pas la véritable version du papier, l’auteur a tenu à apporter un rectificatif)

Elle est moche, il sent mauvais. Ou elle pue, si tu veux jouer sur les mots. Est-ce de la poussière ou du pain rassis ? Ou du fromage français ? Tous les nez explosent en miettes devant ses émanations toxiques. Elle s’appelle Babylonia Aivaz, il s’appelle Vieil Entrepôt. Ou bien elle s’appelle Vieille Entre Potes et là, vous risquez d’avoir d’étranges pensées surtout à la deuxième ligne mais c’est votre faute, pas la mienne.

Ses joues rouges lui donnent des allures d’alcoolique notoire. Va-t-elle décuver et reprendre un contact avec la réalité avant même d’avoir consommé jusqu’au bout sa crise de delirium tremens ? Vieille Entre Potes, âgée de 107 ans, est sur le point de se suicider devant toutes ces atteintes à l’humanité olfactive décrites depuis le début de ce second papier. L’euthanasie passive pour ce vieux machin en plein coeur de Seattle, il était grand temps. Car, oui, quitte à déverser les mêmes torrents d’horreurs sur les humains que sur les bâtiments, autant y aller franchement : oui aux allusions sexuelles, non aux morbides.

« J’ai nettoyé tes chambres, lavé ton sol » a marmonné entre deux gouttes la folle aliénée, car Vieille Entre Potes ne veut pas renoncer à son acte fatal – se pendre à l’intérieur ou se jeter par la fenêtre ? Un mauvais coup porté aux créateurs de concepts de mariage à la con… Car oui, vous l’aviez peut-être compris : Vieille Entre Potes n’est pas qu’une femme, mais c’est d’abord et avant tout une chose. « De toute évidence, c’est un bâtiment féminin. Il s’agit donc d’un mariage gay » a déclaré un partenaire de beuverie qui constitue un bien mauvais défenseur des causes justes dans le cas présent. Pourvu que SOS Homophobie ne se serve pas de cette vaste fumisterie outre-Atlantique pour essayer d’influer Nicolas Sarkozy sur les bienfaits du mariage avec les choses, aboutissement inavoué et orgasmique du matérialisme effréné. Money Money Money.

**** BREF ****

PS : Avions-nous des choses moins absurdes à vous raconter ? Probablement, oui. Mais l’absurde, c’est bien aussi des fois. Surtout quand ça colle avec la rubrique. Sinon, ce journal russe qui écrit Poutine au lieu de Lénine aura le droit au prix du lapsus du mois, cette députée belge qui dit que la France est un pays de m*** se fera jeter des tomates à la figure par Nadine Morano, ces politiciens indiens qui corrompent leurs électeurs avec de la drogue seront…

UMP : ET L’EGALITE DU TEMPS DE PAROLE BORDEL ? GAUCHISTE !

EELV : Tu parles, pas mieux pour nous…

FN : Et nous donc…

Guillaume Peltier : Qui êtes-vous ? Vous êtes un parti politique ?

Jacques Cheminade : Bonsoir, j’ai mes 500 parrainages, rep a sa Hervé Morin.

Hervé Morin : TA GUEULE

NPA : On ne pourrait pas revenir aux vrais sujets sinon ?

RS : Je plussoie !

Tous : T’es qui toi ?

Dominique de Villepin : Pardon, c’est vrai que j’ai quitté mon propre parti

PS : Vous êtes un peu cons des fois tout de même. JE DISAIS DONC : il me reste aussi cet homme qui se prend pour un Jedi et attaque les clients d’un magasin de jouet au sabre laser. On en avait quelques autres en rab mais moins bons. Voilà, vous pouvez retourner vaquer à vos futiles occupations politiciennes, à tchao bonsoir !

Pépita : Et puis de toute façon vous pouvez tergiverser autant que vous voulez, vous savez toutes et tous très bien que je suis la seule qui contrôle sa main, non pas en-dessous du pantalon mais bien au-dessus de l’urne. Votez #Pépita2012 pour une démocratie plus juste, des Mironton en guise de Ministres et des Barjabulles pour les Secrétaires d’Etat, des boîtes de jeu, du flower power et le rétablissement de « Maldon » comme nouvel hymne national !

L’idiot derrière ce dialogue absurde : Merci darling, on ne fait jamais assez de propagande pour défendre une juste cause.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.