Klout Me I’m Famous

Non, il n’y a pas de faute d’orthographe dans ce titre. Aussi décrié qu’admiré (selon la profession que l’on exerce sur le ouèbe), l’outil Klout permet sur le « papier » de comparer l’influence des acteurs du Net. Exerçons-nous donc sur les candidats à la #Présidentielle2012 et élargissons notre champ de vue avec un second outil et d’autres acteurs politiques. Et quelques pseudo-révélations surnagent…

DISCLAIMER DU 02/03 : j’actualise ce papier dans le week-end 🙂

Si vous venez de débarquer sur les Internets (si tant est qu’il y en ait plusieurs, vous pouvez ouvrir le débat pour la 487ème fois dans les commentaires), vous avez peut-être échappé à la « polémique » Klout. Qui l’eut crû ? Voilà qu’une simple note comprise entre 0 et 100 a monopolisé l’attention des acteurs du Web pendant des journées entières… et continue d’en occuper pas mal. Sur le papier, Klout mesure donc l’influence des acteurs des réseaux sociaux que ce soit sur Twitter, Facebook, Google+ mais aussi Youtube, Last.fm ou encore Quora. Forcément, dès qu’il y a une note en jeu, comme à l’école, c’est le royaume des compétitions à deux balles et autres classements (celui de MinuteBuzz avait justement créé le buzz mais à en juger les bios des Twittos en question, malgré la date indiquée cela fait une plombe qu’il n’a pas été modifié). Bref, l’enjeu est comme d’habitude de savoir qui a la plus longue…

Dans tous les cas, et malgré toutes les critiques que l’on peut apporter à cet outil (dont une simple modification de l’algorithme de calcul du score a provoqué un mini-cataclysme des Internets), Klout est successful et pourrait à court ou moyen terme devenir un standard reconnu pour attester de votre « importance » sur les réseaux sociaux.

C’est donc sur la base de cet outil contestable ou indispensable selon les sensibilités que j’ai cherché à savoir, parmi les différents candidats à la présidentielle (le premier qui m’écrit « les présidentielles » dans les commentaires se verra fouetter de 300 coups de cravache), qui savait le mieux tirer son épingle du jeu de ces différents outils de calcul. Différents donc plusieurs, dont le premier reste un indicateur indispensable : le nombre de followers sur Twitter (la collecte des data pourrait aussi être extrapolée à Facebook ou Google+ mais j’explique par la suite le pourquoi de mon focus).

Notez la beauté de cette capture d'écran Excel avec un violet audacieux.

Sans surprise, et il s’en est suffisamment vanté – tout du moins son armée de CM et militants s’en sont vantés à sa place – François Hollande est devenu la personnalité politique la plus suivie de France, devant même des Twittos de la première heure comme Nathalie Kosciusko-Morizet ou Benoît Hamon. Nicolas Sarkozy (via le compte @elysee que j’ai été amené à utiliser, puisque le président n’a en tant que candidat « présumé » pas encore de compte à titre personnel) est assez loin derrière, suivi de François Bayrou qui progresse de plus en plus rapidement. Eva Joly, Dominique de Villepin et Marine Le Pen se battent pour le quatrième strapontin, ce qui fait nécessairement dire que les scores des candidats d’Europe Ecologie et de… de quoi déjà Dominique ? dans les sondages sont forcément plus bas que leur « popularité » supposée… mais va-t-en payer la concurrence proche du PS et de l’UMP. Bien en retard : les deux candidats de l’extrême gauche Philippe Poutou (quoiqu’actif sur Google+) et surtout Nathalie Arthaud qui n’a sorti qu’un tweet il y a près de trois ans… et que dire de Frédéric Nihous qui a eu deux subites poussées le 24 janvier dernier mais dont la timeline ressemble à un champ de ruines ?

Passons aux choses sérieuses désormais les enfants. KLOUTONS NOS POLITIQUES. Le score Klout se divise en fait en deux parties : une note sur 100 pour mesurer le degré d’influence supposé sur les réseaux, et un « style » qui dit déterminer quel genre de personne sommes-nous sur les réseaux : observateur, blablateur, spécialiste… Un premier constat s’impose : François Hollande est le seul de nos 14 candidats analysés ici à être considéré comme un « Thought Leader », un leader de pensée ! Seul François Bayrou s’en approche avec quatre points de Klout de moins et un style peu éloigné de celui du candidat socialiste, celui de « Pundit », source d’informations et d’opinions de confiance (même, dans la classification de Klout, le style de Bayrou est plus important que celui de Hollande !). Derrière ce duo de tête, nous avons une armée de « Broadcaster » (audience large mais peu de création de « contenus ») puis de « Specialist » (beaucoup de « contenus » mais audience moins participative). Une fois encore, Philippe Poutou traîne un peu, Frédéric Nihous beaucoup plus. Nathalie Arthaud est tellement présente sur Twitter qu’elle n’est même pas reconnue par Klout !


Ah, mais je ne vous avais pas dit. Le succès de Klout est tel que des concurrents sont apparus ! Le principal a pour nom Kred.ly et, de la même manière que son illustre aîné, cherche à mesurer l’influence supposée des Twittos. Vous aurez remarqué, à ce stade de la lecture, que je parle quasi-exclusivement de Twitter et très peu des autres réseaux sociaux… pour la simple et bonne raison que les candidats ici analysés n’ont un score Klout (et donc Kred.ly) que pour leur compte Twitter et pas pour les autres. D’ailleurs, et j’y reviendrai dans ma dernière partie (#TeasingDeQualitéSupérieure), seul l’UMP a un compte Klout ouvert par ses soins ! Bref, revenons à Kred.ly qui, de son côté, attribue une note sur 1000 et un « Outreach Score » qui, plus pertinent à mon sens que le « Klout Style », permet de savoir dans quelle mesure les candidats conversent avec leurs communautés. Ainsi, un François Hollande qui domine encore une fois ce classement n’a qu’un « Outreach Score » de 4/10, battu même par Corinne Lepage et talonné par Hervé Morin, c’est dire ! Là encore, Bayrou devance Sarkozy, Joly asseoit sa 4ème position puis un peloton qui se tient en trente points entre Dominique de Villepin (5ème) et Hervé Morin (11ème). Philippe Poutou reste scotché à la 12ème place alors qu’Arthaud et Nihous ont autant d’importance sur les réseaux qu’une fourmi.

Apportons une nuance à cette victoire par uppercut de François Hollande en s’intéressant également aux partis politiques représentés par les candidats ainsi que par leurs plus illustres représentants sur les réseaux. L’analyse des partis sera rapide, et je l’ai déjà évoquée : en dehors d’Europe Ecologie qui a su développer un fort esprit collectif sur les réseaux, les autres représentent portion congrue, notamment en termes de nombre de followers, et en tout cas beaucoup moins que leurs candidats eux-mêmes. Notons toutefois que la domination apparente d’Europe Ecologie ne se vérifie absolument pas sur Klout et Kred.ly où l’UMP, le PS et le Modem se tirent la bourre. Pour les quelques autres personnalités politiques d’influence, il est bon de noter qu’elles sont essentiellement… de droite. En dehors de Benoît Hamon et dans une moindre mesure d’Anne Hidalgo, Martine Aubry et Ségolène Royal, c’est à droite qu’on trouve d’autres représentants politiques massivement suivis sur Twitter. L’analyse de leurs scores permet toutefois de mettre en avant un constat effarant : la seule autre personne de mon échantillon à être « Thought Leader » en plus de François Hollande n’est autre que Nadine Morano, qui peut aussi se targuer d’avoir un excellent score Kred.ly ! Ainsi, le paysage de la gauche et de la droite sur les réseaux n’est pas le même (c’est là que vous pouvez me sortir, putassiers que vous êtes, qu’on pouvait le deviner sans Kred.ly et Klout, allez-y, c’est permis). Du premier côté, un fort réseau de blogueurs et une hiérarchie récemment devenue très claire jusque dans la présence réseaux entre le candidat et ses soutiens. Du second, une répartition plus éparpillée entre quelques avant-gardistes à la NKM mais avec un candidat « présumé » parfaitement absent en dehors de la présence élyséenne…

Pour finir sur une note plus légère, faisons un petit point sur quelques candidats plus insolites à la présidentielle. Jean-Marc Fauché a certes un réseau limité mais sa présence de longue date lui assure un Kred.ly convenable (mais un Klout pourri)/ Les candidats plus récents, tels que le MDR 2012, Klem et ma dulcinée Pépita (NDLR : je suis très officiellement son conseiller en tout ce que tu veux), font avec les moyens du bord. Enfin, j’ai essayé de m’intéresser deux secondes à Nicolas Miguet… Mal m’en a pris : après avoir longtemps cru qu’il était absent des réseaux, j’ai tilté qu’il avait en fait un nombre de followers inférieur à celui de Nathalie Arthaud. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que les 500 parrainages vont être rudes à obtenir pour toi, Nicolas…

(NDLR : toutes ces données ont été collectées dans la matinée du 25 janvier 2012)

(NDLR 2 : si vous avez d’autres candidats alternatifs à proposer pour enrichir mon étude comparative n’hésitez pas à me suggérer des noms, les data sont publiques au besoin)

(NDLR 3 : n’oubliez jamais. Les créations humaines que sont Klout et Kred.ly n’engagent que celles et ceux qui y croient)

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.