#IdiotDuJour : il commande par Internet un élargisseur de pénis, il reçoit une loupe

By on janvier 12, 2012



Quand un client est victime d’une arnaque à la consommation, son premier réflexe est de se plaindre et/ou de porter plainte à qui de droit. Curieusement, notre #IdiotDuJour a renoncé à faire de même…

Jusque là, la Galice évoquait pour moi Saint-Jacques de Compostelle, le prochain passage de Christine Boutin pour avoir ses parrainages, ses racines celtes. Pontevedra, je ne la connaissais que de nom. Cette ville située près du Portugal est, sachez-le (je l’ai appris en travaillant cet article), jumelée avec Angers. Hm pardon, pourquoi cette divagation ? Disons qu’il y a fort à parier que dans vos média graveleux préférés (dès demain), sur Facebook (ce week-end) et sur M6 (dans trois semaines), vous risquez d’entendre parler de cette cité dans d’inattendues proportions.

C’est en effet dans cette localité d’un peu plus de 80 000 habitants que se cache notre malheureux #IdiotDuJour. Nous le retrouvons le 6 janvier dernier, en route vers le commissariat de son quartier. Il a une plainte d’une nature un peu particulière à déposer : après avoir effectué un achat sur Internet (il avait préféré cette option à l’achat sur place et, après avoir lu le titre de ce papier, tu commences à deviner pourquoi a-t-il agi ainsi), il s’est rendu compte que le produit qu’il avait commandé était loin de ressembler à celui qu’il vient de recevoir. De l’élargisseur de pénis à la loupe, n’y avait-il pas un moyen plus diplomatique pour ce vendeur un tantinet facétieux de se FOUTRE DE LA GUEULE de ce malheureux citoyen visiblement peu gâté par la nature ?

Donc, en ce 6 janvier, jour de l’Épiphanie, donc des rois mages, des miracles en tout genre et de la fois où tu as fait cramer ta plaque de cuisson (si si rappelle-toi), il est en route pour le commissariat et veut porter plainte contre cette arnaque commerciale de fort mauvais goût. Mais des doutes l’assaillent sur le chemin de la rue Joaquin Costa : cela vaut-il le coup ? N’y a-t-il pas un risque que les officiers préfèrent se FOUTRE DE LA GUEULE de son engin plutôt que de prendre ses propos au sérieux ? Un doute qui se transformera en volte-face de dernière minute : une fois sur place, il renonce à porter plainte. Mais son histoire, elle, est bien sortie. Et vous vous en gaussez déjà.

Son doute était, à vrai dire, véridique : « Techniquement il est difficile de parler d’escroquerie puisqu’il a commandé un produit qui agrandit, et effectivement il a reçu un produit qui agrandit, au bout du compte il a reçu une loupe… » commente, cruel, un officiel du commissariat en question. L’histoire malheureuse de notre #IdiotDuJour serait, plus sérieusement, symptomatique d’un type d’arnaque de plus en plus courant en Espagne (mais qui a quelque chose de bien universel) : l’acheteur commande un produit sur le Net, le paie sur le compte bancaire d’un vendeur qui agit souvent sous une fausse identité et, une fois le paiement reçu, le vendeur et ses sites disparaissent comme les errements intellectuels de Matthieu Delormeau. « Morale » de notre histoire : si ni la Nature ni les Rois Mages ne vous gâtent, pensez soit au suicide, soit à l’exil sur une île déserte des Tokelau. Oui, bon, les Rois de l’Humour ne m’ont pas correctement doté non plus, voici une morale loupée…


Il y a des individus qui veulent changer leur engin, d’autres leur nom tel cet Autrichien qui retourne la Terre entière pour se faire appeler Mr. Tomahawk. Plus classique dans notre rubrique, évoquons (et cliquez donc dessus) cet homme tellement furieux du refus de ses avances par une femme qu’il en brûle sa voiture, de ce champion de bowling qui se coince un doigt dans une boule et, finissons par le dessert, de ces agents d’aéroport qui confisquent le cupcake d’une passagère sous prétexte que le glaçage est un gel au même titre que le dentifrice et que sa quantité doit donc être limitée en vol… Je me suis auto-donné faim, j’en suis fier. Bvonne pfoirée.

About Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager, enseignant-raconteur de blagues et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.
%d blogueurs aiment cette page :
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Google PlusVisit Us On PinterestVisit Us On YoutubeVisit Us On LinkedinCheck Our Feed