#IdiotDuJour : ils piquent de la bière, retournent dans la boutique et se font prendre

Bonsoir mon cher petit lecteur chéri ! J’espère que tu passes un bon début d’année et que tu vas très bien. Ce soir je vais te conter une jolie histoire qui mêle habilement jeunesse écervelée, alcool et bêtise. Toute une histoire (pas présentée par Sophie Davant).

Nos #idiotdujour (s) sont de petits jeunes en mal de sensations, alors ils noient leur ennui dans l’alcool. Sauf qu’Oscar a 19 ans, Eduardo en a 18 et le petit dernier, qui n’a pas de nom mais que l’on va appeler Shan (tu le vois mon poke mon petit lecteur ?), n’est certainement pas plus âgé. Le souci ? Nous sommes aux Etats-Unis, à Santa Clarita, dans la belle et douce et folle Californie et comme tu le sais mon cher lecteur, la majorité alcoolique est fixée à 21 ans au pays de l’Oncle Sam. Nos petits amis sont donc obligés d’aller voler des bières dans la boutique de l’épicier du coin. Bah mince alors.

Ils commettent leur forfait, se tirent comme des voleurs (tiens, bah oui, c’est normal puisqu’ils en sont), vont se bourrer la tronche avec les deux packs de cervoise qu’ils ont piqués. Mais ils les descendent si vite que bientôt ils se trouvent tout dépourvus (pas quand la bise fut venue quand même, on est en Californie !) et décident de retourner sur les lieux de leur crime pour effacer leurs traces. Comme des ch’tits n’enfants bien élevés.

Ils demandent donc à l’employé de l’épicerie de bien vouloir avoir la gentillesse et l’amabilité d’effacer la bande vidéo de la caméra de surveillance, sauf que notre petit (ou grand, si ça se trouve il fait 2m04) employé ne l’entend pas de cette oreille. Il se défend et s’inscrit en faux, LE BOUGRE ! S’ensuit alors une bagarre et l’une de nos jeunes andouilles décide de sortir une lame et plante le mec dans le bras. Aïe, ça fait bobo ce truc…

La police est bien entendu arrivée sur ces entrefaites et a chopé les vilains qui, en plantant le mec de la boutique, n’ont rien fait de mieux que d’alourdir les charges qui pesaient contre eux. Et tout ça pour de la bibine chaude, qui leur restera certainement sur l’estomac pendant un bon bout de temps maintenant.

Non petit lecteur, tu n’es pas bourré, tout du moins pas encore parce qu’avec les quantités de binouze qu’on vient de t’envoyer à la figure tu pourrais commencer à marcher de traviole. Ta situation ne s’arrangera pas en lisant l’histoire de ce couple dont le mari est arrêté pour état d’ébriété, sa femme fait un scandale et c’est elle qui se retrouve en cellule de dégrisement. Oh pardon ! J’allais oublier, il faut fumer aussi. Sois stone avec ce père qui a prétendu devant la justice soigner son fils de 16 ans en lui faisant fumer du cannabis. Et parce que l’entourage durant ce genre de moments est important, sois bien accompagné avec ces deux papounets qui, pour l’un, veut vendre son fils 20 millions de dollars, pour l’autre abandonne son fils dans le froid parce qu’il a été trop nul au foot. Mouais OK, restons sobres finalement. Constat déprimant.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.