#IdiotDuJour : les organisateurs des JO de Londres vendent 10 000 billets… qui n’existent pas

Rarement on aura autant entendu parler de natation synchronisée dans l’actualité, en dehors des Jeux Olympiques. Et justement, c’est bien grâce à ces derniers qu’on apprend de nouveau l’existence de ce sport quelques mois en avance… Et justement, c’est à propos d’une affaire qui tombe à l’eau.

Flop ! C’est le bruit d’une pièce de monnaie qui traverse la surface de l’eau pour plonger dans un bassin. Ou en tout cas ça y ressemble potentiellement car il reste difficile de reproduire un bruit de manière écrite quand ce n’est pas aussi simple qu’un miaou, un wouf ou un tais-toi-Nadine-Morano-sur-Twitter. Je n’ai en tout cas pas trouvé mieux pour définir la situation que vient de créer une base de données informatique au service des organisateurs des JO de Londres.

Ces derniers n’avaient déjà pas fait preuve d’une clairvoyance exemplaire sur la comptabilité de leur évènement, ils viennent de prouver qu’ils n’ont pas pris de cours de mathématiques depuis ces quelques « remous ». Ils ont en effet mis en vente pas moins de 20 000 billets pour l’ensemble des compétitions de natation synchronisée, sport dont se foutra probablement France Télévisions puisque notre pays n’a quasiment aucune chance d’en tirer une médaille (veuillez cliquer ICI pour me taper dessus si la phrase précédente ne vous a pas plu). Jusque là, rien ne semble choquant. Jusqu’au moment (observe l’astuce pour commencer ces deux phrases consécutives d’une manière quasi-identique) où, STUPEUR, des observateurs un peu plus aiguisés que les autres ont noté un dysfonctionnement plutôt gênant : il ne devait être mis en vente que 10 000 places. #Fail de la billetterie qui vient de sauter aux yeux de tous et toutes, sans galanterie mais dans l’ordre alphabétique ! Plus précisément, quelque 3 000 détenteurs de billets ont été informés le 21 décembre dernier de la boulette informatique.

Les 10 000 malheureux en question devraient pouvoir s’en tirer à bon compte : leurs billets seront échangés contre d’autres sur d’autres compétitions autrement plus « prestigieuses » tel le concours de gymnastique artistique ou encore la finale du 100 mètres d’athlétisme, pour lesquelles le mode d’attribution des billets en mars 2011 avait déjà créé un mini-scandale outre-manche. Ceci étant, et je profite du fait que des personnes haut-placées à la mairie de Paris puissent possiblement lire ce billet, quand va ENFIN tomber le communiqué de presse de Bertrand Delanoë rappelant à juste titre qu’en 2007, Paris était vraiment la plus magique ?


Jetons un coup d’oeil désormais à nos heureux recalés sur lesquels je ne me serai donc pas fait les griffes ce soir. Pourtant, cet homme recherché par les forces de l’ordre de Grenoble et qui pour leur échapper, ne trouve rien de mieux à faire que de sauter du 8ème étage de son immeuble (il a fini ridiculement sur un balcon) aurait mérité une médaille en chocolat. Une en shit pour cette mère de famille de Dordogne qui faisait fumer du cannabis à sa fille. Une en fer chromé pour le parquet d’Evry qui a fait sortir par erreur un caïd de 26 ans. Et enfin une en papier mouchoir pour ce malheureux mister dont la demande en mariage devant les caméras a été refusée en direct par son (ex-, I presume) amour de sa vie et ce, devant déjà près de trois millions de personnes sur Youtube. Life is shit (non, pas en Dordogne), love is darkness.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.