#Idiotdujour : il tente de payer ses courses avec un billet… d’un million de dollars

Bah quoi ? Il en existe bien de 100 dollars. A quelques zéros près, notre #idiotdujour a vu juste. Nous lui dédions… ce billet doux.

L’affaire se passe aux Etats-Unis, you know, dans un célèbre supermarché, you see, le fameux Walmart (allez hop, vive le placement de produits. Bah quoi ? Vive la crise comme dirait l’autre).

Notre #idiotdujour, la bourse apparemment ragaillardie par les fêtes de Noël, a voulu se faire plaisir… [BLANC, gros blanc, un ange pixellisé passe].
Je vois se dessiner sur votre visage une moue dubitative, quasi-extatique, qu’ai-je dit pour tant faire rire ? Je parlais du portefeuille, du larfeuille, le larfouillet, la thune quoi. Bande de perv !

Bref, dans notre supermarché de qualité (oui ça va, ça suffit), notre #idiot fait ses emplettes : un petit aspirateur par-ci, un micro-ondes par là, oui bon, pour la liste, on repassera. Pour un total de 476 dollars, notre #idiot sort l’artillerie lourde. Pas une liasse de billets de 100 dollars ou un gros chéquier à talon (tu sais, celui qui fait riche quand tu le sors), non, il a trouvé mieux, notre #idiot. Un billet d’un million de dollars, rien que ça. Oui, car il faut savoir que la valeur la plus élevée d’un billet en circulation aux States, c’est… 100 dollars. Nostalgique, notre #idiot doit peut-être regretter le temps où des billets de 10 000 dollars circulaient (ouais, enfin, ça s’est arrêté en 1969 hein, année erratique me chante-t-on dans l’oreillette, ah non, pardon, j’ai mal compris #HI).

A la limite, je suppute sans peine que, plutôt que ce million, le supermarché aurait encore préféré un lingot d’or, de l’or en barre voire des pièces en carton ou même, un chèque en bois, voire mieux, un billet doux. Tout doux, comme le nôtre, que nous dédions à notre premier #idiotdujour de l’année. Évidemment, la direction a alerté la police, qui a arrêté notre #idiotdujour. Décidément, il n’y a qu’un pas de la caisse enregistreuse à la case prison.


Dans son panier, notre #idiotdujour a amené de la compagnie. Des pilotes de premier plan : la voiturette bourrée sur l’autoroute, le conducteur qui plante une bagnole de flics devant le commissariat (sinon, c’est pas drôle) ou encore ce couple qui tente la technique du naked man au MacDrive. Nos #idiotdujour sont bel et bien en route pour de nouvelles et absurdes aventures #JOIE.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.