#IdiotDuJour : un professeur américain licencié pour s’être masturbé en classe pendant dix ans

Welcome at the Schaumburg Christian School, établissement scolaire chrétien de la région de Chicago qui, désormais, sera surtout réputé pour avoir accueilli en son sein pendant 27 ans le plus touche-pipi des enseignants.

C’est hallucinant de remarquer, une fois arrivé à l’âge adulte, que bien souvent les professeurs dont on se rappelle le plus enseignaient les mathématiques. Barbus, colériques, dépressifs, incompétents, baba cools, j’ai eu tout ça et à vrai dire encore plus puisque j’ai aussi eu le droit au barbu colérique baba cool, un spécimen qui se fait particulièrement rare une fois qu’on a quitté la communauté hippie (ou le fan-club de Bon Iver). Mais après cette #AlerteCliché de qualité supérieure, il y a au moins une classe à laquelle j’avais jusque là échappé (à moins que j’ai raté un épisode après ma licence de mathématiques appliquées car oui, à la base, je suis un matheux, Nono, Eric, vous faisiez des choses en me regardant ?) : celui qui se touche l’intérieur du pantalon en pleine intervention.

Dit ainsi, cet #IdiotDuJour pourrait être simplement comique : je me vois dans l’obligation de rajouter une pincée de glauque pour rester véridique. Notre touche-à-tout (enfin surtout touche-à-lui-même) est en effet âgé de… 75 ans et cela faisait déjà dix ans qu’il pratiquait cet audacieux exercice de concentration. Et si cette série n’a pas perduré, c’est que Paul LaDuke a tout simplement été pris en flag vendredi dernier par un élève. Lors de la découverte du « drame », treize élèves de 16 et 17 ans résolvaient de passionnantes équations et commençaient probablement la découverte des charmants nombres complexes, seule chose au monde qui soit encore plus incompréhensible que le déroulement de notre monde.

A partir de ce moment on peut légitimement se demander comment il a pu réaliser sa petite affaire en toute impunité pendant tout ce temps, car son subterfuge n’était pas particulièrement élaboré : « c’était pendant un cours d’algèbre: l’accusé avait placé un tablier sur ses vêtements et s’était assis à son bureau » explique ainsi Tandra Simonton, porte-parole du bureau du procureur du Comté de Cook. « Les élèves étaient en train de travailler et le professeur a baissé son pantalon sous ses hanches et a commencé à se masturber » poursuit la porte-parole. Tout cela a l’air tellement simple qu’il n’est probablement pas impossible que quand mon prof de collège se cach… #OHWAIT

Vous imaginez aisément qu’un tel scandale, d’autant plus dans une école chrétienne, n’a pu laisser personne indifférent de l’autre côté de l’Atlantique. « Nous sommes sous le choc. Nous sommes attristés par les nouvelles de ces derniers jours. Nous coopérons pleinement avec la police qui continue d’enquêter » s’est confessé sur CBS le directeur de l’école Jim Toth. De son côté l’ex-enseignant a été immédiatement emprisonné et, dans une confession écrite, a admis que ce genre de faits se perdurait depuis 2001. Son avocat tente depuis lors d’expliquer son geste par une « évidence de démence« …

Cela m’amène à conclure cette passionnante histoire pour appeler au vote immédiat de deux lois puisque, vous le savez toutes et tous, UN FAIT DIVERS = UNE LOI : rendre obligatoire l’installation de twitcams sous les bureaux des enseignants et empêcher des personnes de plus de 65 ans à enseigner auprès d’enfants et d’adolescents. Devinez laquelle des deux est saugrenue et l’autre réaliste ?

PS : et si on parlait de quelque chose de moins graveleux, puisqu’on a bien vu que l’équipe de l’#IdiotDuJour n’est attirée que par le buzz facile et qu’elle est prête à sortir du #NSFW et du pOrn sans prévenir ? D’accord, parlons donc de cet adepte de la randonnée condamné à une amende parce que nu, cet homme qui gifle son amie prostituée pour qu’elle rentre chez elle le soir… OUI, BON, on parle d’autres sujets moins sessuels aussi vous savez : ce couple qui appelle son enfant Dovahkiin pour gagner des jeux vidéo à vie, cette députée qui fait une bessonnade en tweetant son numéro de portable par erreur, la ville d’Avignon qui a piraté une photo pour faire un logo (bouh Hadopi tout ça), cette compagnie aérienne qui fait payer à ses passagers le kérosène du vol retour et enfin ces employés municipaux qui n’avaient rien trouvé de mieux pour tuer l’ennui que de détourner les livraisons. Enjoy !

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.