#Idiotdujour : la prostituée se transforme en âne, il en tombe amoureux.

L’expression « être bête comme un âne » n’a jamais été aussi vraie qu’aujourd’hui avec notre #idiotdujour africain.

Avec ce papier, on va réussir à réunir des tags pourtant très éloignés. Jugez-en par vous même : #prostituée #âne #zoophilie.

L’histoire se déroule au Zimbabwe (pas de précision géographique aujourd’hui car l’histoire vaut vraiment le détour et je sais que vous décrochez dès que je balance la moindre information pourtant utile à votre culture générale). Le Zimbabwe c’est en Afrique, point barre. Notre #idiotdujour s’appelle donc Sunday Moro, il a 28 ans, il a toutes ses dents mais je crains que ce ne soit malheureusement plus le cas pour ses neurones. Et pour cause. Dimanche dernier, Sunday – qui porte bien son nom – se fait arrêter à 300 km d’Harare – qui doit être la capitale. J’vous dis, j’ai pas cherché aujourd’hui ! – et se retrouve au tribunal. Son tort : être amoureux d’un âne. (Cette histoire me fait penser à l’amour débordant de Gwendal pour les chats)

Rapidement surnommé par ses amis de Zvishavane « l’abruti qui murmurait à l’oreille de l’âne », Sunday se défend. Soi-disant la prostituée qu’il avait payé et ramené chez lui se serait, au beau matin, transformée… en âne. Pas très regardant, Sunday déclare être « sérieusement amoureux » de l’animal. Et de toute façon, une femme c’est bien connu, ça coûte moins cher à entretenir qu’une femme. (Lapidez-moi)

Malheureusement, le tribunal, sans coeur, n’a pas franchement accroché à sa version des faits. Inculpé pour zoophilie, voilà qu’il doit passer un examen psychiatrique. A RVETMC, on voit toujours pas pourquoi…

P.S : Les #idiotsdujour de compétition se sont succédé aujourd’hui. En atteste ce chirgurien un rien tête en l’air qui a enlevé un rein à la mauvaise personne. Mais tout ça, ce n’est rien comparé à cette fille un rien soumise qui se fait tatouer « comme une vraie petite chienne ». Et je ne vous parle même pas de caissière, un rien malchanceuse, qui risque de se faire virer car elle a ramassé un ticket de caisse. Bienvenue en France les amis.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.