#IdiotDuJour : pour toucher la retraite de sa tante décédée, il la laisse dans le congélateur

L’équipe #IdiotDuJour n’évoque pas assez les histoires morbides qui font plein de clics sur les sites des grands médias parce que les histoires morbides, ça fait plaisir.

Après l’affaire Natacha Kampusch, l’Autriche offre aux potentiels lecteurs du « Nouveau Détective » (que vous êtes) un nouveau fait divers particulièrement ragoûtant. Rendons-nous à Neuhofen an der Ybbs (à vos souhaits), en Basse-Autriche, dans le nord du pays. Oui, en Autriche, le bas est au nord (donc en haut) et réciproquement, un peu comme l’Alsace, sauf que le Rhin est un fleuve et pas l’Autriche et que donc c’est moyennement logique comme dénomination.

Une fois ces précisions géopolitiques faites, mettons-nous à la place de ces policiers qui, alertés par un voisinage inquiet, rentrent dans l’appartement d’un homme de 47 ans, vivant avec sa tante dépendante de 88 ans. Ils font alors un petit détour par le congélateur et y trouvent (en dehors de deux barquettes Findus et d’un tiramisu)… rien de moins que la co-propriétaire des lieux. Décédée de mort naturelle le 3 juin dernier selon l’expertise médicale, elle a été placée au frais (mais non, pas en prison, faut tout vous expliquer) par son neveu… Eternel regret ? Crainte de manque affectif ? Cannibalisme ?

Comme bien souvent dans ce genre d’histoires, les raisons de ce comportement que je qualifierai, car je n’ai peur de rien, de PAS SUPER SYMPA (je prends un risque incommensurable en dénonçant cet acte de la sorte), sont d’ordre pécuniaire. Leur seul revenu de vie était en effet l’allocation pour personne dépendante de l’octogénaire, en complément de sa retraite.

Le mister craignait de se retrouver sans le sou, il va se retrouver sans lumière ! Encore plus hallucinant, l’homme a signalé aux enquêteurs que cette dissimulation de corps était consentie par la vieille dame… Sur ce, j’espère que vous étiez en train de manger un plat surgelé en lisant cet article, bisous.


PS 1 : oui je suis horrible

PS 2 : toute la team se doit de vous avouer qu’elle aurait pu choisir une affaire moins terrifiante, mais on avait envie, et puis nos choix ne se discutent pas. Jetez tout de même un coup d’oeil sur cet homme au régime alimentaire qu’on qualifiera prudemment de « particulièrement métallique« , sur cette pin-up au coeur d’une belle bourde de la police belge, sur Starbucks qui adapte une célèbre émission de Marcel Béliveau « à sa manière » ou sur cette personnalité politique qui avoue « aimer être nue »… pour le plus grand plaisir des Internets. Le notre compris.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.