Un gourou tue un garçon de quatre ans qu’il soupçonne d’homosexualité

Le chef d’une secte américaine est accusé d’avoir assassiné une femme de 28 ans ainsi qu’un garçonnet de 4 ans qui présentait selon lui des signes d’homosexualité. La peine capitale a été requise contre lui ce vendredi 8 juillet.

L’affaire émeut l’ensemble de la blogosphère LGBT américaine : le meurtre du petit Jadon Higganbothan, abattu par son beau-père qui craignait qu’il soit homosexuel, ainsi que celui d’une femme retenue dans la même secte que l’enfant quelques semaines plus tard. Les faits se sont déroulés à la fin de l’année 2010 au 2109 Pear Tree Lane House à Durham, en Caroline du Nord, au sein d’un groupe reclu dominé par Peter Lucas Moses.

Moses était à la tête d’un petit groupe relié aux « Black Hebrews », une secte radicale qui considère qu’une prochaine guerre des races débouchera sur une domination de la population noire. Il était entouré de cinq femmes, considérées comme ses « épouses » et qui partageaient à tour de rôle son lit, et de neuf enfants qu’il a tous enfantés – à l’exception de Jadon Higganbothan. Trois d’entre elles, Vania Rae Sisk, Lavada Quinzetta Harris et Larhonda Renee Smith, sont actuellement emprisonnées pour le meurtre d’une quatrième femme, Antoinetta Yvonne McKoy, et complicité de meurtre dans l’affaire de Jadon Higganbothan. C’est la cinquième femme – anonyme – qui a permis à l’affaire d’éclore, après avoir témoigné à la police en février dernier.

Moses a soupçonné Higganbothan d’être gay, ce qui constitue une abomination pour les « Black Hebrews », à partir du moment où son père a abandonné sa mère, Vania Rae Sisk, âgée de 25 ans. Il lui avait d’ailleurs conseillé de « se débarrasser  » de son enfant mais s’est finalement décidé à l’exécuter lui-même au mois d’octobre dernier. L’enfant aurait en effet frappé un de ses congénères, ce qui aurait mis le gourou dans une colère noire : « Je t’avais dit de t’en débarrasser !  » a-t-il hurlé à destination de Sisk, qui lui a répondu qu’elle ne savait pas comment s’y prendre.

Il a alors demandé à deux des femmes de placer des haut-parleurs dans le garage de la maison, puis s’y est isolé avec Higganbothan. La détonation fatale – un coup de feu en pleine tête – était couverte par le chant « Notre Père » interprété en hébreu, joué à un volume élevé. Les femmes auraient ensuite aidé à nettoyer la scène et débarrassé le corps de l’enfant à l’intérieur de la maison, jusqu’à ce que Moses se plaigne de l’odeur.

Le gourou a par la suite appris qu’une de ses « femmes », Antoinetta Yvonne McKoy, ne pouvait avoir d’enfant. Cette dernière s’était alors échappée de la maison le 21 ou le 22 décembre 2010 – le témoignage de la cinquième femme ne précise pas le jour exact – puis demandé à utiliser le téléphone des voisins pour appeler sa mère à Washington, mais elle a été rattrapée par Moses. Son appel n’a pas été relayé par les voisins car ils pensaient que McKoy était atteinte de déficience mentale. Elle a ensuite été torturée par son ravisseur et les autres femmes, qui ont tenté de l’étrangler avec un cordon téléphonique. Moses a finalement décidé de reproduire le scénario du meurtre du petit Jadon, mais dans la salle de bain. McKoy a été assassinée avec la même arme de plusieurs balles dans le corps.

Les deux cadavres n’ont été retrouvés que le 8 juin dernier, enterrés dans l’arrière-cour de l’ancienne maison de la mère de Moses. Des traces de sang ont été retrouvées dans le garage ainsi que dans la chambre du meurtrier, de même que des balles de calibre 22. Le pistolet correspondant a de son côté été retrouvé sur le toit d’une maison dans le Colorado qui avait servi de nouveau refuge pour le groupe. Moses a été arrêté le 12 avril en compagnie de Vania Sisk, à l’origine pour trafic de marijuana, mais les soupçons de meurtre planaient déjà à la suite du témoignage de la cinquième femme.

Les autres enfants ont été depuis récupérés par les services sociaux et dit qu’ils avaient peur que Moses leur fasse subir « ce qu’il avait fait subir à Jadon ». Les trois femmes restantes – dont deux sont enceintes – sont de leur côté accusées de meurtre au premier degré pour l’assassinat de Antoinetta Yvonne McKoy, et de complicité dans celui de Jadon Higganbothan. La mère, le frère et la sœur de Moses sont également mis en cause pour complicité dans la mort de McKoy. Peter Lucas Moses encourt de son côté la peine capitale.

Gwendal Perrin

Journaliste, social media manager et miauleur professionnel. Juke-box exigeant, esprit Bauhaus et tonalités mineures. Dérive saisonnière Eurovision. Contact : perrin.gwendal(a)gmail(p)com.